top of page
Rechercher
  • mmantha-co

26 avril 2024

Il est temps pour Doug Ford d’appuyer les

superhommes et les superfemmes fidèles de l’O


Récemment, un soir, je travaillais à domicile, je rattrapais des lectures et je prenais des notes après avoir eu une réunion avec plusieurs représentants de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario. Nous avons abordé divers problèmes auxquels les agriculteurs et le secteur agricole sont confrontés aujourd’hui. Au fil des ans, j’ai profité de nombreuses occasions d’établir des liens avec plusieurs associations agricoles de premier plan. C’était certainement du temps bien dépensé, car la discussion m’a aidé à mieux me connecter aux réalités de l’industrie.

Dwight D. Eisenhower a dit : « L’agriculture semble très facile lorsque votre charrue est un crayon et que vous êtes à mille kilomètres du champ de maïs. » Comme beaucoup d’Ontariennes et d’Ontariens, j’ai longtemps reconnu les agriculteurs comme des héros méconnus de notre société. Les agriculteurs sont reconnus pour leur ténacité et leur détermination à mettre de la nourriture sur nos tables, quelles que soient les conditions que mère Nature ou l’économie leur réserve. Les agriculteurs ont une longue réputation et bien méritée pour être des gardiens créatifs, résilients et forts qui nourrit le monde.

Mais vous savez quoi ? Lorsque vous êtes une quatrième ou même une cinquième génération d’un héritage familial agricole, la pression de paraître prospère, stoïque et robuste peut être intimidante. Après tout, l’agriculture est plus qu’une occupation. Pour beaucoup, c’est un patrimoine. Lorsque vous savez que vos parents et les générations qui les ont précédés vous ont transmis une ferme prospère, durable et productive, il y a une pression énorme pour prospérer.

L’une des questions qui préoccupent les agriculteurs de l’Ontario est celle de la disparition des fermes. Les terres agricoles productives de l’Ontario sont une ressource rare, représentant moins de cinq pour cent de toutes les terres de la province. CBC a rapporté que les données du recensement montrent qu’en Ontario seulement, 319 acres de bonnes terres agricoles disparaissent chaque jour pour le développement urbain. Cela signifie que 2 233 acres de bonnes terres arables sont perdus, semaine après semaine. Des terres qui aident à nourrir une population mondiale de plus de 8 milliards-personne. Les statistiques sur les pertes n’incluent pas les totaux des autres provinces ou pays. Et quand une ferme disparaît, il en va de même pour une famille agricole, peut-être même un fier héritage.

Un autre facteur de stress pour les agriculteurs est qu’ils sont sujets à des taux élevés d’accidents sur les routes publiques et les autoroutes. Chaque année, l’Ontario voit de plus en plus de voitures sur la route à mesure que la population augmente, et de plus en plus de gens se déplacent pour se rendre au travail ou à l’école à mesure que nos villes se développent. Les statistiques gouvernementales montrent que les véhicules agricoles sont près de 5 fois plus susceptibles d’être impliqués dans une collision mortelle par kilomètre de route que tout autre type de véhicule.

Les statistiques de la Police provinciale de l’Ontario montrent que les accidents de véhicules agricoles sont principalement le résultat de renversements, qui se produisent à l’entrée, à la sortie ou à la traversée des routes ou au virage de l’accotement. Ces taux élevés d’accidents préoccupent véritablement les agriculteurs. S’ils sont blessés ou tués, qui restera-t-il pour s’occuper de la ferme et nourrir la famille ?

Ce ne sont que quelques exemples de stress qui s’accumulent de plus en plus. Et la liste ne s’arrête certainement pas là.

Un reportage de CBC News daté du 1er novembre 2023 a déclaré : « La nature de l’agriculture est dangereuse et laisse les moyens de subsistance des agriculteurs vulnérables, que ce soit aux conditions météorologiques ou aux caprices des forces du marché hors de leur contrôle. Des années consécutives de faibles rendements des cultures, d’épidémies de bétail ou de pannes d’équipement inattendues peuvent porter des coups financiers inattendus qui laissent beaucoup de gens se sentir piégés.

Le stress mental des agriculteurs et de leurs familles a augmenté de façon effrénée. Pourtant, cela semble passer presque inaperçu dans notre société. Il semble que nous nous attendions simplement à ce que, peu importe le coup de poing que reçoivent les familles d’agriculteurs, elles se tiennent seules, comme elles l’ont toujours fait. C’est en partie parce que les familles d’agriculteurs ne sont pas à notre porte. Contrairement aux zones urbaines, où nous pourrions entendre et voir des preuves de familles voisines souffrant de stress mental, les gens dans les zones rurales ne peuvent même pas être en mesure de voir leur voisin. Ils vivent dans de plus petites collectivités rurales, un peu hors de vue et hors de l’esprit.

Malgré toutes les améliorations apportées par l’éducation et le dialogue, la maladie mentale demeure stigmatisée. Malheureusement, l’agriculture est l’un de ces modes de vie qui est presque impossible à saisir à moins de porter ces bottes. Bien sûr, il y a des inquiétudes séculaires au sujet des conditions météorologiques appropriées, des maladies d’animaux et les prix des produits de base en ce qui concerne la récolte. Ensuite, ils doivent se préoccuper des quotas réglementés par le gouvernement, des droits de douane et des questions commerciales.

Ces dernières années, de nombreuses études ont été menées, révélant des statistiques grossières. L’une de ces études menées par l’Université de Guelph, bien connue pour ses études et ses programmes agricoles, a mené un sondage auprès de 1 000 agriculteurs à travers le Canada et a révélé que « 57 pour cent répondaient aux critères d’anxiété, 34 pour cent pour la dépression et 62 pour cent éprouvaient de la détresse psychologique ».

La Fédération de l’agriculture de l’Ontario a signalé qu’avant la pandémie, un agriculteur sur huit a déclaré qu’il ne savait plus si la vie valait la peine d’être vécue. Ce nombre a grimpé en flèche à un agriculteur sur 4 exprimant les mêmes points de vue.

Pourquoi les agriculteurs sont-ils confrontés à des risques plus importants aujourd’hui que jamais ? Voici quelques facteurs de causalité publiés par la Commission de la santé mentale du Canada.

  • Incertitude financière

  • Obstacles aux services de santé mentale

  • Isolement

  • Distinction floue entre le travail et la vie familiale

  • Conditions météorologiques

  • Réglementation gouvernementale

  • Prix des produits de base

  • Culture de l’agriculteur résilient et fort

  • Perception du public et stigmatisation de l’agriculture

  • Conflits familiaux

  • Longues heures

  • Pannes de machines

Malheureusement, le bilan du gouvernement Ford en matière de lutte efficace contre les problèmes de santé mentale est pour le moins lamentable. Faites une recherche rapide de titres pour les problèmes de santé mentale, et la liste du financement inadéquat et d’autres critiques sont apparemment sans fin. La province de l’Ontario doit en faire plus dans le domaine du soutien en santé mentale préventif et réparateur. 

Heureusement, de plus en plus d’études sur la santé mentale agricole sont en cours, et les professionnels de la santé mentale, les organisations et associations agricoles travaillent ensemble pour apporter des changements. Ils réclament de meilleurs programmes de santé mentale pour soutenir spécifiquement les agriculteurs. Ce n’est que maintenant que l’on reconnaît que nous n’avons pas tenu compte du fait que les agriculteurs vivent dans des régions rurales et souvent plus éloignées. Cela peut leur prendre des heures ou même une journée entière pour voyager là où les services sont disponibles. Et n’oubliez pas que l’accès à I’internet dans les communautés rurales et éloignées est un éon derrière celui des zones plus peuplées. Par conséquent, la vidéoconférence n’est même pas viable dans de nombreux cas.

Que devons-nous faire maintenant ?

D’abord et avant tout, sortir la question de la santé mentale agricole de l’ombre par le dialogue et l’éducation. Les Ontariennes et Ontariens doivent reconnaître le problème et commencer à développer et à financer les ressources nécessaires.

Deuxièmement, il est essentiel que des ressources utiles soient disponibles là où les gens vivent, et non à des heures ou à des jours de chez eux. Les familles d’agriculteurs ne peuvent pas se permettre de prendre congé ou de payer leurs frais de déplacement, pas plus que les autres familles de l’Ontario.

Enfin, promouvoir, éduquer et normaliser les Ontariennes et Ontariens afin de comprendre que nous sommes tous sensibles aux pressions croissantes de l’économie, de l’environnement, de la société et des exigences réglementaires. Personne n’est à l’abri de telles influences, pas même les agriculteurs.

Pour conclure, j’encourage les lecteurs à me faire penser à l’image de Superman — le grand homme d’acier lui-même. (Un personnage créé par le Canadien Joseph Shuster, je pourrais ajouter.) Pensez à lui debout au sommet d’un bâtiment, à ses biceps bombés et à ses abdominaux d’acier, et à sa cape ondulant dans le vent. Quelle icône formidable pour les jeunes d’imaginer. Si vous vous souvenez, aussi fort qu’il fût, il avait des vulnérabilités. Vous vous souvenez de la kryptonite ? Superman n’était pas réel, bien sûr. Néanmoins, il représentait quelque chose de bon dans la société. À certains égards, nous pourrions considérer les agriculteurs comme des surhommes fidèles à la vie. Nous comptons sur nos agriculteurs pour mettre de la nourriture sur nos tables 365 jours par an. Nous comptons sur eux pour être les gardiens de la terre et des animaux qui nous nourrissent. Par conséquent, nous pouvons également respecter et maintenir haut l’image et les idéaux de nos agriculteurs inébranlables, résilients et travailleurs parce que, pour le monde entier, ce sont de vrais superhommes et superfemmes.

La semaine prochaine, News from the Park continues d'examiner l’un des facteurs de stress les plus inquiétants énumérés ci-dessus dans le canton de Wilmot. Il semble que nos superhommes et nos superfemmes ont atteint leur limite avec les gouvernements et la bureaucratie et se font entendre. Restez à l’écoute.

Comme toujours, je vous invite à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou appeler sans frais le 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député provincial

Algoma-Manitoulin

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page