top of page
Rechercher
  • mmantha-co

19 avril 2024

Le premier ministre Ford peut régler les problèmes auxquels l'Ontario est confronté s'il en a la volonté politique





Pour la plupart des Ontariens, le concept de fédéralisme nous traverse rarement l'esprit.

Les élèves à l'école peuvent s'engager avec le concept au cours de leurs études sociales ou des leçons d'éducation civique. Une personne qui s'intéresse à l'actualité peut rencontrer des références à l'interaction des différents ordres de gouvernement lors de la lecture des nouvelles.

Le plus souvent, je parie que nous entendons parler de fédéralisme et de compétence lorsque les politiciens cherchent à rejeter la faute sur eux et sur un autre gouvernement.

L'ancien Premier ministre Jean Chrétien a commenté ce fait lorsqu'il a reçu des critiques sur un budget, en disant : « Si vous êtes maire et que vous avez un problème, que faites-vous ? Vous blâmez le gouvernement provincial. Et quand vous êtes le gouvernement provincial, et que vous avez un problème, que faites-vous ? Vous blâmez le gouvernement fédéral. Et pour nous, nous ne pouvons plus blâmer la reine, alors nous blâmons les Américains de temps en temps.

J'ai vu ce jeu à Queen's Park un peu au cours des derniers mois. Si quelqu'un devait écouter la période des questions à l'Assemblée législative, dernièrement, il verrait, sans aucun doute, un député d'arrière-ban du gouvernement poser une question à l'un des ministres du Cabinet au sujet de la taxe sur le carbone. En fait, c'est presque exclusivement la seule question qu'ils ont soulevée pendant la période de questions durant les derniers 5 mois. 

Sans faute, ces questions préscénaristes commenceront par le député conservateur d'arrière-ban décrivant comment la « taxe fédérale sur le carbone » a une incidence sur l'Ontario, et le ministre du gouvernement répondra par un appel au premier ministre pour qu'il « supprime la taxe ».

Lorsque cette tendance a commencé en novembre de cette année, j'ai écrit une chronique sur la façon dont les Ontariens méritent d'agir face à ces tentatives de déviation. La Cour suprême du Canada a décidé que la mise en œuvre d'un prix sur le carbone est une question que le gouvernement fédéral peut entreprendre et que les provinces doivent respecter la loi. En d'autres termes, la seule chose qui changera cette politique, c'est un changement au sein du gouvernement canadien à partir d'une élection fédérale.  

Cependant, ce que j'ai également souligné dans cette chronique est un fait qui est toujours ignoré par les progressistes-conservateurs lorsqu'ils fustigent le prix de la pollution. L'Ontario a adopté et perçoit sa propre taxe sur les émissions de gaz à effet de serre appelée norme de rendement en matière d'émissions (SPE). Ce programme a été mis en place par le gouvernement de Doug Ford en 2022 et exige que les industries émettrices paient un prix par tonne sur leurs émissions qui dépassent la limite fixée.  

À bien des égards, il reflète le propre programme du gouvernement fédéral. La principale différence entre les deux est que le programme fédéral verse l'argent recueilli à titre de dividende, tandis que le programme provincial prend les frais perçus directement dans les coffres provinciaux.

Lorsqu'on lui remettra en question le fait que les PC ont instauré leur propre taxe sur le carbone sous un nom différent, le premier ministre Ford l'excusera en disant qu'il est forcé de le faire par la loi fédérale et la décision de la Cour suprême.

C'est une demi-vérité et une déviation pour éviter de s'attaquer à l'hypocrisie évidente de la situation.

Auparavant, l'Ontario avait un système différent qui offrait une solution axée sur le marché aux émissions, appelée le programme de plafonnement et d'échange. Cela a mis en place une économie où des crédits de carbone ont été émis par l'Ontario, le Québec et la Californie que les industries pourraient acheter et vendre. Une entreprise polluante pourrait émettre jusqu'à un seuil réglementaire. Ensuite, il devrait acheter des crédits de carbone pour toute émission supérieure. S'ils arrivaient sous leur seuil et possédaient des crédits, ils pourraient les vendre à d'autres entreprises admissibles qui en avaient besoin.

Bien qu'il y ait des critiques valables du système de plafonnement et d'échange, je soulève cette question pour souligner que le premier ministre n'a pas été forcé d'adopter le programme EPS actuel. Un système de plafonnement et d'échange et un système de prélèvements directs exempteraient l'Ontario de cette partie de la disposition fédérale de filet de sécurité.

Le premier ministre l'a plutôt choisie comme politique préférée de son gouvernement. Une politique qui rapporte des millions de dollars à la province année après année.

À l'heure actuelle, le BPA facture aux industries polluantes 80 $ par tonne de carbone qu'elles émettent au-dessus de la limite provinciale. Ce montant passera à 95 $ la tonne l'an prochain, et la province affirme qu'il atteindra 170 $ la tonne d'ici 2031. Au cours de sa première année, le programme a rapporté 146 millions de dollars en revenus au gouvernement de l'Ontario. Avec le seuil d'émissions qui devraient baisser et le prix à la tonne qui augmente, il continuera de rapporter plus d'argent chaque année.

Lorsque le gouvernement a été interrogé sur la façon dont il prévoyait utiliser les fonds recueillis par le prélèvement en janvier 2023, il y avait peu d'informations. Le ministère de l'Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs a déclaré qu'il était en train d’ « élaborer une approche sur la façon d'utiliser les recettes perçues dans le cadre du programme », selon un article de CBC à l'époque. Plus récemment, dans un article paru en mars par le Toronto Star, le ministre a déclaré que le gouvernement redonnait les recettes à l'industrie pour qu'elle les utilise dans des « mises à niveau technologiques » afin de réduire ses émissions.

Toutefois, l'utilisation réelle de ces fonds n'a pas été clairement précisée. Je suis sûr que c'est en grande partie parce que le gouvernement Ford sait à quel point il serait embarrassant pour lui d'admettre qu'il a un programme de tarification du carbone très similaire à celui contre lequel il passe chaque jour à s'en prendre à lui. J'imagine que de nombreux résidants du Nord seraient d'accord avec moi pour dire que ces millions de dollars sont très utiles, comme aider à rendre leur propre maison plus écoénergétique, ce qui réduit leurs factures d'énergie mensuelles. Ou, comme l'a demandé un récent rapport intitulé « Pathway Out of Energy Poverty in Northern Ontario », utiliser l'argent pour créer un programme clé en main visant à faire passer les personnes à faible revenu de sources de chaleur inefficaces comme le bois ou le pétrole.

J'espère que les lecteurs pourront comprendre pourquoi la démagogie sur la « taxe fédérale sur le carbone » par le gouvernement Ford sonne creux pour moi. De toute évidence, ils sont prêts à prélever de l'argent auprès d'entreprises qui polluent et à utiliser ensuite cet argent pour atteindre leurs objectifs. La seule raison pour laquelle c'est mauvais quand le gouvernement fédéral le fait, en ce qui concerne Ford, c'est parce qu'il est politiquement opportun de condamner quelqu'un d'autre que de s'en tenir à son propre bilan.

Jouer le jeu du blâme et obscurcir la vérité abaisse le niveau de discours dans notre pays et rend un mauvais service aux Ontariens qui ne veulent rien de plus qu'un gouvernement honnête et agissant dans leur meilleur intérêt. Les mesures que le gouvernement Ford pourrait prendre dans les domaines qui relèvent de sa compétence directe ne manquent pas. Logement, soins de santé, éducation et soins de longue durée... ce sont tous des dossiers massifs qui relèvent explicitement de la compétence de la province dans notre constitution.

Il est bon de comprendre qu'il y a de graves échecs de la part du gouvernement fédéral, et les gens devraient être conscients et actifs sur ces questions. Cependant, nous devons tirer la ligne pour accepter la rhétorique d'un gouvernement de l'Ontario qui gaspille l'occasion de faire quelque chose au sujet des dossiers qu'il a été élu pour gérer et qui choisit plutôt de jouer le jeu du blâme.

Je laisserai aux lecteurs cette semaine une autre citation sur le fédéralisme de l'humoriste politique W. Hugh Arscott : « Le Canada est divisé par les grandes montagnes, les grandes Prairies, les Grands Lacs et onze gouvernements qui râpent vraiment. »

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à ma nouvelle adresse, mmantha-co@ola.org ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député

Algoma-Manitoulin

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page