top of page
Rechercher
  • mmantha-co

3 mai 2024

Dernière mise à jour : 4 mai

Ce qui se passe à Wilmot pourrait se produire dans n’importe quelle communauté agricole de l’Ontario



L’autre matin, j’ai apprécié (enfin) un entraînement particulièrement énergique au gymnase avant de me diriger vers l’Assemblée législative. Je sais que c’était particulièrement difficile parce que, en plus de sentir mon cœur battre, un agent de sécurité particulièrement affable a fait une expression sur mon visage rouge et la transpiration sur mon front. J’ai ri et j’ai répondu : « C’est une question de discipline. »

Quelques minutes plus tard, je faisais les poignets lorsque je suis tombé sur plusieurs articles sur une question importante concernant l’expropriation possible de terres agricoles dans le canton de Wilmot, dans la circonscription provinciale de Kitchener-Conestoga. Les lecteurs réguliers de cette chronique se souviendront que j’ai écrit plusieurs articles sur des questions agricoles, une la semaine dernière sur l’augmentation des problèmes de santé mentale pour les agriculteurs et leurs familles. Aussi importants que soient les médecins, les avocats, les enseignants, les mécaniciens et les ouvriers d’usine, si nous n’avions pas d’agriculteurs pour nous nourrir, tout serait perdu. De la façon dont je le vois, nous ferions mieux de bien prendre soin d’eux si nous voulons qu’ils continuent à nous nourrir le reste du monde.

Pour ceux qui ne le savent pas, le canton de Wilmot, situé juste à l’ouest de Kitchener/Waterloo, comprend près de 265 km2 de terres agricoles de choix. Apparemment à l’improviste, il y a eu un mouvement soudain pour développer 770 acres de terres agricoles productives, ce qui les rend « prêtes à la pelle » pour le développement industriel. C’est un excellent exemple de l’un des nombreux facteurs de stress auxquels les agriculteurs sont confrontés aujourd’hui, que j’ai mentionné dans la chronique de la semaine dernière.

Selon les rapports, il y a des semaines, une société américaine appelée Canacre Ltd a commencé à faire du porte-à-porte, à l’improviste à des fermes, offrant d’acheter le terrain. Ce contact a été établi à la demande du Conseil de la région de Waterloo. CTV News a rapporté le 3 avril que le président régional avait envoyé une lettre dans laquelle il ne fournissait aucun détail autre que d’indiquer que l’objectif de l’achat était de « faciliter les opportunités économiques pour soutenir une qualité de vie élevée pour les résidents ». La lettre expliquait que de vastes parcelles de terre sont nécessaires de toute urgence pour répondre aux besoins de croissance industrielle. Il est nécessaire de toute urgence en raison de la nécessaire « proximité du transport artériel et de l’infrastructure existante, ainsi que du lien avec la main-d’œuvre qualifiée de la région de Waterloo ».

D’abord et avant tout, comme il est indiqué dans la chronique de la semaine dernière, l’Ontario perd 319 acres de terres au profit du développement chaque jour. Il ne fait aucun doute que la poursuite de cette voie mènera à la catastrophe dans un avenir pas trop lointain. Mais ce qui rend cela d’autant plus flagrant, c’est que les propriétaires fonciers sont soumis à une pression extrême pour décider rapidement de vendre le terrain volontairement maintenant au prix offert parce que, s’ils ne sont pas d’accord, la société prendra des mesures pour exproprier le terrain (c’est-à-dire le prendre par ordre juridique).

Compte tenu de la pression et de la vitesse signalées auxquelles cette action se déroule, il n’est pas étonnant que les résidents du canton, mais l’ensemble de la communauté agricole et des groupes environnementaux de l’Ontario s’insurgent. Même le Conseil du travail de la région de Waterloo a pris position en disant : « Ce que le conseil du travail a trouvé si problématique avec cela, c’est qu’il n’y a pas eu de consultation. C’est juste être enlevé d’eux sans aucun point de discussion et rien n’étant transparent. Pour moi, c’est de connaître ce lien personnel des agriculteurs et tout d’un coup - voici votre gagne-pain, et vous n’avez pas votre mot à dire à ce sujet ; on vous l’enlève, pas de consultation.

CityNews 570 a cité Alfred Lowrick, représentant d’autres propriétaires fonciers touchés, « Les délais ont été donnés pour l’acceptation de cette offre est aujourd’hui, ce qui est absurde compte tenu de la perturbation massive de nos vies et de la situation qu’elle crée dans le but d’atteindre l’acquisition complète de terres d’août de cette année. » Il a expliqué qu’aucun des propriétaires fonciers n’avait reçu d’avis officiel, de réunions ou de consultations avant d’entendre un viol à leur porte.

Quel est le but de garder le public dans l’ignorance des grandes initiatives, en particulier les propriétaires fonciers eux-mêmes ? Je sais que si mon entreprise avait une initiative dont j’étais fier et en laquelle j’avais confiance, je voudrais la partager. L’expérience de moyens de pression et de secret rend les gens méfiants, et à juste titre.

J’admets volontiers qu’il y a des moments où l’expropriation de terres est appropriée. De tels cas peuvent concerner des questions telles que l’élargissement d’une route très fréquentée ou d’une route avec une jambe de chien dangereuse. Ou peut-être y a-t-il un besoin de construction d’installations publiques, d’accès à des services publics améliorés ou d’initiatives pour le bien commun. L’expropriation est inacceptable si elle est au nom d’intérêts privés ou d’un gain d’entreprise. 

Dans son article du 24 avril, la journaliste du Waterloo Region Record, Luisa D’Amato, a posé un lien possible entre l’augmentation soudaine de l’achat et de l’expropriation des terres agricoles wilmot et les accords gargantuesques annoncés par le gouvernement Ford avec les fabricants de voitures et de batteries de véhicules électriques. D’Amato a écrit : « Wilmot est l’endroit idéal pour Toyota, qui a des usines de fabrication de véhicules à Cambridge et Woodstock, produisant plus d’un demi-million de véhicules par an entre eux. Le canton de Wilmot se trouve entre ces deux sites. Le terrain en cours d’assemblage se trouve directement sur les autoroutes 7 et 8, près d’une voie ferrée, et à une distance de navettage facile pour un grand nombre d’employés potentiels. Les batteries des véhicules sont très lourdes, il est donc économique de les faire fabriquer près de l’usine d’assemblage de véhicules. Elle a souligné que les événements récents et les moyens de pression expliqueraient le secret et l’urgence possibles entourant les annonces récentes. L’atmosphère serait différente si la région cherchait simplement un site pour être prête pour un futur client inconnu.

En lisant les nouvelles, j’ai appris que le soutien aux agriculteurs est en train de gonfler. Les rapports ont indiqué une participation croissante aux rassemblements et aux assemblées publiques. Je me suis retrouvé à sourire et à dire à haute voix, « Wow. » Le 20 avril, CBC News a rapporté que des centaines de personnes, dont beaucoup de partout dans la province, ont assisté à un rassemblement au Complexe récréatif Wilmot. Certains ont dit qu’ils craignaient que ce qui se passe là-bas ne leur arrive ensuite.

Au cours d’une récente période de questions, la députée provinciale Catherine Fife a demandé à la ministre de l’Agriculture, Lisa Thompson, pourquoi le gouvernement accordait la priorité à mettre de l’argent dans les poches des promoteurs plutôt qu’à soutenir les agriculteurs de l’Ontario. Après la réponse du ministre, le député provincial de Timiskaming—Cochrane, John Vanthof, a ensuite posé une question supplémentaire :

« Soyons clairs : ce qui se passe à Wilmot pourrait se produire dans n’importe quelle collectivité agricole de l’Ontario. Un développeur se présente, vous offre un accord, vous ne le prenez pas, puis le gouvernement arrive : « Si vous ne prenez pas l’affaire, nous allons l’exproprier. » Cela pourrait se produire n’importe où en Ontario, tout comme cela se produit à Wilmot pour un projet non divulgué. Et puis ce qui va se passer, si ce projet non divulgué est un facteur, tout d’un coup les terres qui ont été prises à l’agriculteur vont quadrupler, vont aller 10 fois en valeur, et cet argent ira au spéculateur, au promoteur, pas à l’agriculteur.

Est-ce l’Ontario que vous appuyez, monsieur le ministre de l’Agriculture ? »

C’est alors que mon échange avec l’agent de sécurité m’a frappé. Ces gens comprennent que, tout comme pour la forme physique personnelle, en démocratie, utilisez-le ou perdez-le. Il s’agit de faire en sorte que les gens se mentent pour faire entendre leurs préoccupations et leurs voix comme ils le devraient dans une démocratie. 

Au fil des ans, j’ai eu le privilège, à maintes reprises, de m’entretenir avec des familles d’agriculteurs et d’assister à d’innombrables réunions et événements agricoles. J’admire depuis longtemps la fierté et la passion que les agriculteurs apportent à leur travail. C’est évident dans toutes les conversations que j’ai. Joël Salatin, agriculteur et conférencier agraire, déclare : « L’agriculture est une passion et un mode de vie qui vont au-delà d’un emploi ou d’une carrière. C’est une vocation et une vocation, un amour de la terre et un respect de la nature, un engagement envers la durabilité et un désir d’autosuffisance. »

Lorsque nous sommes aux côtés de nos agriculteurs, nous sommes en bonne compagnie.  

Comme toujours, je vous invite à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou appeler sans frais le 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député provincial

Algoma-Manitoulin

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page