top of page
Rechercher
  • mmantha-co

19 octobre 2023

Dernière mise à jour : 23 oct. 2023

Le problème de rétention des chasseurs de feux de forêt met en danger l’un des plus grands atouts du Nord de l’Ontario.


Chaque année autour de l’Action de grâce, les gens commencent la fermeture du camp pour l'hiver afin qu'il soit prêt pour le printemps. Lorsque le printemps arrive, nous voulons pouvoir sauter dans nos bateaux ou sur nos quatre roux, prêts à basculer. C’est tellement décevant si nous ne l’avons pas fait avant le printemps et devons maintenant attendre. Comme Benjamin Franklin a dit : « Ne tardez pas à demain ce qui peut être fait aujourd'hui. »

En tant que représentant élu, je crois que la même philosophie devrait s’appliquer à notre gouvernement. Prenez soin des choses pendant que c’est calme au lieu de réagir plus tard. C’est un principe de bon sens.

J’ai récemment lu un article de Village Media sur la situation générale des feux de forêt dans la province. Cela m’a rappelé des questions que le gouvernement n’a pas encore résolues. À mon avis, l’Ontario s’expose à des catastrophes potentielles si nous n’agissons pas maintenant pour intensifier notre plan de prévention des incendies de forêt.

Des milliers de kilomètres carrés de brousse entourent nos collectivités ici dans le Nord, et les forêts constituent une énorme partie de notre économie. C'est pourquoi, à de nombreuses reprises, j'ai soulevé la question avec Graydon Smith, ministre des Ressources naturelles et des Forêts (MRNF), de l'échec du programme de lutte contre les feux de forêt de l'Ontario.

Il faut faire un plan, car le programme de lutte contre les feux de forêt de l'Ontario manque dangereusement de personnel. En juin de cette année, le Syndicat des employés de la fonction publique de l'Ontario (SEFPO) a déclaré que la province manquait 50 équipes de pompiers, laissant ainsi d'innombrables communautés à un risque. Le président du SEFPO, JP Hornick, a déclaré : « Chaque saison [la province] fait face au même problème. Il y a une ruée pour gérer avec trop peu de travailleurs. Le problème, c’est que les postes offerts ne sont que pour des contrats de trois à six mois plutôt que pour des contrats à l’année. Donc, ce que vous avez, c'est que les jeunes travailleurs commencent, mais il y a trop peu d'emplois permanents, et donc ils partent. »

La solution à ce sujet n’est pas exactement nouvelle pour le MRNF. Les dossiers indiquent que dans le passé, lorsque l’Ontario a utilisé une approche proactive plus rigoureuse en matière de gestion des feux de forêt, les combattants ont travaillé pendant la saison à nettoyer les broussailles qui ajoutent du carburant aux incendies. Hornick, du SEFPO, a expliqué : « Ils feraient le genre de travail d’entretien dans d’autres secteurs du ministère ou dans l’ensemble des ministères pour aider à prévenir les incendies de forêt la saison suivante et pour aider à des choses comme le déneigement et ainsi de suite. » Le MRNF peut également effectuer des brûlages dirigés contrôlés. De telles mesures aident efficacement à prévenir les feux de forêt hors de contrôle. Les brûlages dirigés réduisent stratégiquement les combustibles dans les zones boisées qui présentent un risque élevé de brûlage à proximité.

Certains diront que l'emploi de travailleurs forestiers toute l'année est un luxe inabordable. Je ne pourrais pas être plus en désaccord. Tout d'abord, l'assainissement et le nettoyage des forêts ont été la pratique courante pendant de nombreuses années. Cette pratique a été abandonnée uniquement pour des mesures de réduction des coûts. Deuxièmement, le monde est en train de changer radicalement, surtout avec les problèmes croissants du changement climatique. Autour de nos maisons et dans nos communautés, nous faisons de grands efforts pour protéger nos actifs. Nos forêts ont une valeur inestimable sur les plans économique, social et environnemental. Les forêts sont des composantes essentielles de notre écosystème, car elles préviennent les inondations et l'érosion, refroidissent la terre, fournissent un habitat à la faune et convertissent le CO2 en oxygène même que nous respirons. Ils sont un atout que nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas protéger.

Le deuxième problème qui contribue à la faible rétention des pompiers forestiers est que les salaires de l'Ontario ne sont pas conformes à ceux des autres provinces et nations. Les combattants des feux de forêt de l'Ontario sont classifiés et rémunérés à titre de techniciens-ressources. Avouons-le : les techniciens en ressources standard ne sont généralement pas exposés aux toxines nocives à haut risque, aux flammes de haute intensité et aux situations potentiellement mortelles. De plus, ils travaillent à l'épuisement pendant des heures, dans des endroits éloignés, dans des conditions insupportablement, pendant des mois avec peu ou pas de temps libre.

Un article du Daily Press le 12 septembre 2023 citait vice-président du SEFPO et chef d'équipe d'incendie, Noah Freedman, en disant : « Nous pouvons travailler 19 jours d'affilée pendant 16 heures par jour, en inhalant des cancérogènes, en dormant dans notre propre saleté et loin de nos familles. »

Le 13 octobre, Global News a rapporté qu'en 2015, le gouvernement de l'Ontario a créé un groupe de travail qui devait enquêter sur les raisons pour lesquelles le MRNF a de tels problèmes pour recruter et retenir les combattants des feux de forêt. En 2016, le rapport publié avertissait le MRNF que quelque chose devait être fait pour résoudre le problème. Global News a déclaré qu'ils « ont consulté les éditions 2016, 2018 et 2019 des rapports de rétention des gardes forestiers. Chacun a suivi les mêmes questions, les soulevant encore et encore. Une note de service envoyée aux pompiers en juillet 2022 suggère que le problème persiste.

En mai dernier, au cours d'une période de questions, j'ai demandé au ministre des Ressources naturelles et des Forêts s'il s'engageait à reclasser les combattants des feux de forêt et à améliorer leurs salaires pour résoudre la crise. En réponse à la question initiale et à la question complémentaire, le ministre Smith a totalement éludé la question, choisissant plutôt de louer le rendement exceptionnel du gouvernement Ford dans la protection de nos ressources forestières. Vous pouvez voir cette vidéo sous « Hey, Minister, faisons plus que simplement célébrer les agents de conservation et les pompiers » sur ma page Facebook.

Les Ontariennes et Ontariens devraient avoir confiance que la province dispose des professionnels les plus chevronnés et les plus expérimentés disponibles, en particulier dans des rôles de leadership ou de supervision. Mais ce n'est pas le cas de notre programme de gestion des feux de forêt. Environ 40 % de la main-d'œuvre doit être remplacée chaque année par de nouvelles recrues non formées. Le rapport de 2016 mentionné ci-dessus a noté une tendance inquiétante dans l'expérience des pompiers. Bien que la formation et l'éducation soient bonnes, nous savons tous qu'il n'y a pas de substitut à l'expérience. Global News a rapporté : « 69 pour cent des membres de l'équipe de gardes d'incendie de l'Ontario - le poste le plus subalterne qui constituent la majeure partie des ressources de première ligne en matière de lutte contre les incendies - avaient un an d'expérience ou moins. »

Kevin Wallingford est un garde-feu basé dans le district de Timmins. Dans l'édition du 13 octobre 2023 d' Elliot Lake Today, Wallingford a déclaré : « Sans avoir autant de personnes expérimentées, c'est certainement beaucoup plus risqué. Les dangers sont plus élevés. Parce que nous avons des gens qui n'ont pas nécessairement vu des flammes de haute intensité, et ils sont là pour prendre des décisions qui mettent la vie des gens en danger et utiliser de l'équipement de plusieurs millions de dollars, et ce sont des gens qui n'ont pas eu l'expérience de savoir nécessairement ce qu'ils peuvent gérer ».

Ci-dessus, j'ai indiqué que les gouvernements ont la responsabilité d'être à la fois réactifs et proactifs dans toutes les questions de gestion de la province. Pourtant, depuis combien d'années les gouvernements successifs ont-ils tourné le dos à ce problème ? Qu'il n'y ait aucun doute ; cette question comprend la responsabilité non seulement de la perte de plusieurs millions de dollars en ressources et des dommages causés par le feu, mais aussi des véritables pertes en vies humaines.

En 2021, l'Ontario a établi un record en une seule année avec 793 000 hectares de terres forestières brûlées dans le Nord-Ouest. Il y a eu près de 750 incendies cet été contre 268 en 2022, grâce aux changements climatiques. Si nous n'agissons pas maintenant, les choses ne feront qu'empirer. L'Ontario doit apporter des améliorations à son programme de lutte contre les feux de forêt et de prévention des incendies de forêt, une priorité absolue à résoudre maintenant, et non à l'avenir.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page