top of page
Rechercher
  • mmantha-co

14 juin 2024

Résoudre la crise du logement n’est pas un travail

facile, mais c’est un travail que nous ne pouvons

 pas nous permettre de reporter plus longtemps


Nous sommes presque au début officiel de l’été. Beaucoup d’entre nous comptent les minutes jusqu’à ce que nous puissions prendre le temps de nous éloigner de nos routines habituelles et de profiter du temps chaud, du soleil et de la beauté naturelle du Nord de l’Ontario. Tout en étant assis au bord du lac, que ce soit pour des événements locaux, ou un barbecue avec des amis, nous pensons à l’été ; mais au fond de nos esprits, nous pensons également aux projets que nous pouvons faire maintenant que le temps est agréable.

Bien sûr, ces tâches que nous avons repoussées ne sont jamais dans nos esprits lorsque nous voyons ce que nous allons faire de notre temps libre loin du travail ou de l’école. Mais nous savons au fond de nous que les garder trop longtemps en veilleuse est une recette pour un désastre.

Lorsque le Parti progressiste-conservateur a voté pour suspendre l’Assemblée législative plus tôt que prévu et la prolonger jusqu’au 21 octobre, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il tombe dans cette mentalité estivale. Il met de côté le travail de l’Assemblée législative pour revenir dans ses circonscriptions et se concentrer sur le travail de circonscription qui constitue l’autre moitié du travail d’un député.

Ne vous méprenez pas ; je crois fermement que notre travail dans nos circonscriptions d’origine est d’une importance vitale pour notre rôle de législateurs. Pour représenter les gens qui nous ont élus, nous devons passer du temps dans les communautés et à la porte, à comprendre les situations uniques dans nos localités. J’aime énormément le travail que je peux faire à Algoma-Manitoulin. Je suis sûr que la plupart de mes collègues aiment travailler dans leur circonscription. Cependant, nous ne pouvons pas laisser des objectifs politiquement motivés nuire à ce que nous savons qu’il faut faire. Et permettez-moi de dire qu’il y a beaucoup de travail à faire à l’Assemblée législative.

L’une des plus grandes questions qui nécessitent l’attention immédiate de l’Assemblée législative est le logement. Tous les grands sondages d’opinion menés en Ontario au cours de la dernière année ont montré que l’abordabilité du logement est une priorité pour les gens de notre province. C’est aussi le domaine où, selon un sondage réalisé en février par Pallas, 67 % des Ontariens ne croient pas que le gouvernement en a fait assez.  

Malheureusement, j’ai tendance à être dans le même camp que cette majorité des deux tiers. Ici, à Algoma-Manitoulin, nous avons vu l’offre de logements abordables diminuer rapidement. Selon la Société d’évaluation foncière des municipalités (SÉFM), aussi récente que 2018, la plupart des maisons dans notre circonscription étaient évaluées à 250 k$ ou moins. Depuis 2023, les logements disponibles dans ce budget baisse, et continus.

Par exemple, à Elliot Lake, il y a eu une diminution de 34,5 % du nombre de maisons évaluées à 250 k$ ou moins. À Huron Shores, il y a eu une diminution de 39,2 %. Et dans le nord-est de Manitoulin et les îles, il y a eu une diminution de 66,3 % de ces maisons. Je pourrais continuer, mais j’encourage les lecteurs à consulter cette information par eux-mêmes sur le site Web de la SÉFM ici.

Non seulement le coût du logement augmente d’une année à l’autre, mais les derniers chiffres de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) nous disent que les mises en chantier d’habitations baissent. En avril 2024, la SCHL a indiqué que les mises en chantier de maisons individuelles non attenantes ont diminué de 8 % par rapport à l’an dernier, et que tous les autres types de logements ont diminué de 41 %. Ces chiffres signifient qu’en Ontario, nous avons eu à peu près le même niveau de mises en chantier de construction qu’en 2018. Ce n’est pas ce que nous voudrions voir lorsque nous examinons la disparité des prix d’alors à aujourd’hui. 

Au cours de la période des réunions du printemps de l’Assemblée législative, nous avons eu un important projet de loi sur le logement qui a été présenté par le gouvernement en dehors du budget, sous la forme du projet de loi 185, la Loi sur la réduction des formalités administratives et la construction d’un plus grand nombre de logements. Bien que ce projet de loi comprenait de bonnes politiques qui ont fait l’objet d’un large accord (comme l’annulation des changements antérieurs aux redevances d’aménagement qui menaçaient d’augmenter les taxes municipales et l’octroi de pouvoirs d’utilisation ou de perte aux gouvernements locaux), il ne s’agissait pas d’une mesure législative très importante compte tenu de la crise à laquelle nous sommes confrontés et principalement axée sur les problèmes de logement dans le sud de l’Ontario.

John Michael McGrath, écrivant avec TVO, a très bien résumé ce projet de loi lorsqu’il a dit : « Aucun de ces éléments du plan du gouvernement n’est mauvais. Ils ne sont tout simplement pas suffisants.

Cependant, je crois en l’équité et en l’octroi de crédit là où il est dû. Dans le plus récent budget, le gouvernement a inclus des possibilités de financement pour combler le déficit d’infrastructure municipale qui a entravé les mises en chantier d’habitations dans de nombreuses régions de la province, en particulier les petites régions et les régions rurales comme la nôtre. Les municipalités qui demandent et reçoivent ces fonds seront en mesure d’aménager de nouveaux secteurs plus facilement et plus rapidement pour le logement, d’améliorer la capacité au sein d’infrastructures comme les installations de traitement de l’eau et, en fin de compte, de s’assurer que les contribuables ou les acheteurs de maison n’assument pas ces coûts. Il s’agit d’une bonne politique, mais elle ne traite que d’une fraction des questions.

Une partie de ce qui a ralenti la poussée législative sur le logement, je me risque de le deviner, c’est le nombre de revirements politique que le premier ministre Ford et son ministre du Logement ont dû faire au cours de leur plus récent mandat. J’ai mentionné plus haut qu’une partie du projet de loi 185 renversait une politique antérieure sur les redevances d’aménagement pour les municipalités. Il y a eu une litanie d’autres revirements que le gouvernement a subi des pressions pour qu’il fasse dans le dossier du logement, y compris l’élargissement de certaines limites urbaines et le retrait de parcelles de terre de la Ceinture de verdure pour le développement. Entre la politique et le renversement, le premier ministre a nui à la relation du gouvernement avec ses partenaires les plus importants en matière de construction de maisons : les municipalités et les promoteurs. Cela a sans aucun doute contribué à leur timidité dans l’élaboration d’une nouvelle législation et à leur désir de mettre le logement en veilleuse.

Le Nord de l’Ontario a des défis uniques à relever pour fournir un stock adéquat de logements abordables, qui n’ont pas fait l’objet de nombreuses discussions ou pris en compte par le gouvernement. Un rapport de 2021 de la SCHL a mis en lumière 7 questions d’intérêt urgent dans le Nord :

  1. Les coûts de construction élevés pèsent sur les nouveaux aménagements.

  2. Un manque de logements locatifs abordables.

  3. Mauvais état du parc de logements existant et coût de l’entretien.

  4. Coûts énergétiques élevés.

  5. Manque de logements adéquats pour une population croissante de personnes âgées.

  6. Une prévalence croissante de l’itinérance dans le Nord.

  7. Nombre limité de logements avec services de soutien et augmentation de la population ayant besoin de logements sociaux ou de logements sans but lucratif.

S’attaquer à ces problèmes permettrait grandement de stabiliser le marché du logement abordable dans le Nord de l’Ontario. Si le gouvernement devait mettre en œuvre des mesures telles que l’octroi d’une aide financière pour la réparation domiciliaire, la promotion des possibilités de formation locales dans les métiers spécialisés, la conversion des bâtiments vacants en logements locatifs abordables, l’investissement dans les logements sans but lucratif et le subventionnement de la construction de logements-services et de logements pour personnes âgées, il y aurait un effet tangible sur l’offre et les prix des logements dans notre région.

Dans le budget de 2024, le gouvernement a prévu que les mises en chantier d’habitations en Ontario diminueront à nouveau cette année, ce qui les laissera bien en deçà du taux nécessaire pour atteindre l’objectif de construction de 1,5 million de logements d’ici 2030. Ils ne s’attendent pas non plus à ce que le prix moyen d’une maison baisse de sitôt ; leurs modèles prédisent plutôt qu’il atteindra près de 1 million de dollars d’ici 2027.

Avec tous ces sombres résultats à l’horizon dans le cadre de notre politique actuelle en matière de logement, il est inexcusable de mettre ce travail de côté. Bien que l’attrait d’une longue pause estivale ait clairement séduit le premier ministre Ford et ses ministres, les Ontariennes et Ontariens ne devraient pas facilement oublier le coût que cela aura pour eux à l’avenir.

Comme toujours, je vous invite à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou appeler sans frais le 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député provincial

Algoma-Manitoulin

 

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page