top of page
Rechercher
  • mmantha-co

12 avril 2024

Les budgets gouvernementaux ont une obscurité

que certains maintiennent est exprès


Ceux qui ont écouté la télévision récemment ont probablement été accueillis par des publicités de Doug Ford et du parti conservateur. Il y a même une chance que vous avez vu des publicités circuler et payées par la province de l'Ontario qui glorifie le succès de ce gouvernement à diriger la province.

Il me semble que le premier ministre a adhéré aux paroles du producteur de films Joseph E. Levine, qui a dit : « Vous pouvez tromper tout le monde tout le temps si la publicité est juste et le budget est assez grand. »

Pour Ford, le budget ne fait pas seulement référence au montant d'argent mis dans la production de ces publicités (bien que je vais y arriver). Il a adopté cette philosophie dans ses pratiques de gouvernance, dépensant des sommes énormes d'année en année afin qu'il puisse se tourner comme un homme du peuple.

Dans le budget de 2024, le gouvernement s'attend à rapporter 204,3 milliards de dollars et à dépenser 207,3 milliards de dollars, ce qui signifie que le gouvernement dépensera plus que tout autre avant lui et sera responsable de la création du plus grand déficit jamais enregistré en dehors de l'urgence de la COVID-19.

Pour la personne moyenne, il est difficile de décomposer un budget de la taille de celui de l'Ontario et d'en déterminer les mérites sur papier. Nous pouvons voir les effets du budget sur le terrain. Lorsque les temps d'attente dans les hôpitaux augmentent, que les salles d'urgence ferment régulièrement et que l'infrastructure routière s'effondre, nous pensons évidemment que l'argent est insuffisant. Mais lorsqu'on nous présente un budget qui dépense plus d'argent que ce que nous pouvons faire, cela nous fait remettre en question.

Les budgets gouvernementaux s'agit généralement d'énonciations généreuses sur les dépenses et seulement d'un aperçu général de la situation financière de l'Ontario. Ils n'offrent pas aux citoyens un examen approfondi de la façon dont le gouvernement dépensera au cours du prochain exercice.

Donc, alors que le budget de 2024 fait l'objet d'un débat à l'Assemblée législative, je pense qu'il vaut la peine d'examiner comment le premier ministre Ford a dépensé de l'argent au cours des années précédentes et s'il a été utilisé efficacement par la population de l'Ontario.

Vous vous souvenez peut-être qu'un élément clé du discours de M. Ford à l'électorat lorsqu'il s'est présenté en 2018 était qu'il réduirait la graisse des budgets « fugueurs » et mettrait fin au gaspillage gouvernemental. Et avant cela, lorsqu'il s'est présenté pour devenir conseiller municipal de Toronto, il est apparu avec un appel aux électeurs pour qu'il termine les faveurs aux quelques privilégiés.

Si l'on examine les antécédents du premier ministre en matière de gestion financière, je dois dire qu'ils ne correspondent pas à sa rhétorique.

En fait, dans le bureau du premier ministre, les dépenses ont augmenté, non seulement de façon constante, mais aussi à pas de géant. Avant son entrée, il y avait 18 membres du personnel du premier ministre qui gagnaient plus de 100k$ par an. Après que M. Ford a pris la relève, ce nombre est passé à 20 au cours de sa première année, mais il se situe maintenant à 48. Collectivement, ces employés ont reçu 6,9 millions de dollars l'an dernier. Il s'agit d'une augmentation de 136 % du budget de dotation du premier ministre en 5 ans.

L'emballement des frais de bureau est une chose, et il devrait donner aux Ontariennes et aux Ontariens une sérieuse pause lorsqu'ils se demandent si le premier ministre a été honnête dans sa promesse d'apporter une responsabilité financière à l'Ontario. Mais il y a une tendance encore plus inquiétante avec ce gouvernement soi-disant conservateur de siphonner l'argent public dans des poches privées à un rythme alarmant.

Le jour de la sortie du budget provincial de 2024, Daniel Dufort, président de l' Institut économique de Montréal, a écrit dans le Globe and Mail au sujet des largesses croissantes du premier ministre Ford concernant les subventions aux entreprises. Il a constaté que « l'Ontario a dépensé en moyenne 9,1 milliards de dollars par année en dollars constants » de l'argent des contribuables en aumône. Faire de l'Ontario l'administration où les transferts moyens de fonds publics dans les comptes bancaires des sociétés sont les plus importants. 

Maintenant, je concède qu'il y a des moments où les fonds publics utilisés pour stimuler l'action économique produisent des résultats pour les Ontariens. Cependant, le niveau auquel le gouvernement a accordé des subventions est sans précédent, et un examen détaillé soulève des questions sur la façon dont le gouvernement les accorde.

J'ai examiné les rapports du vérificateur général (VG) et de l'agent de la responsabilité financière (FAO) depuis l'entrée en fonction de M. Ford, car ils assurent une surveillance précieuse et indépendante de l'efficacité des dépenses gouvernementales. Plus de quelques tendances alarmantes peuvent être observées dans les documents que leurs bureaux ont publiés.

En 2021, le VG a examiné les dépenses au plus fort de la pandémie. C'était une époque où le gouvernement dépensait plus que jamais pour atténuer les répercussions économiques que cette urgence mondiale avait sur les gens et les entreprises de l'Ontario.

Le gouvernement a prévu un budget de 11,2 milliards de dollars pour des programmes ciblant les entreprises. Après vérification des livres, le vérificateur général a constaté que ces programmes « n'avaient pas d'objectifs clairs et que les critères d'admissibilité étaient mal définis, ce qui a permis à des milliers d'entreprises non admissibles de recevoir des fonds ». En fait, elle a constaté qu'environ 230 millions de dollars ont été donnés à des entreprises non admissibles dans le cadre de ces programmes.

Encore une fois, en 2021, le gouvernement a été exposé pour avoir pardonné 1 milliard de dollars en pénalités que les exploitants privés de la route à péage express 407 devaient à l'Ontario. Une subvention sous n'importe quel autre nom, l'argent aurait dû faire partie du budget provincial. Toutefois, une décision politique délibérée a été prise de ne pas demander de paiement.

En 2022, le gouvernement a offert le Programme ontarien de relance touristique, qui prétendait fournir des fonds au secteur après que la pandémie a ralenti ses entreprises. Il leur a fallu plus d'un an pour déployer les fonds après avoir annoncé que cela prendrait des semaines, ce qui a coûté des semaines à de nombreuses, moyennes et petites entreprises qui misaient sur le soutien pour s'en sortir.

Un examen ultérieur de l'émission par CBC a révélé que parmi les bénéficiaires qui ont obtenu des fonds se trouvait de grandes compagnies aériennes et « des entreprises qui possèdent des hôtels, mais dont l'activité principale est la construction ou l'immobilier ». Ce ne sont pas les exploitants d'entreprises touristiques locales qui ont le plus souffert pendant la fermeture à l'échelle de la province.

En 2024, nous sommes encore en train d'apprendre l'entente du gouvernement avec l'entreprise privée de spas Therme pour rouvrir la Place de l'Ontario. Le rapport de 2023 d'AG a révélé que le gouvernement avait signé un contrat l'obligeant à construire une structure de stationnement pour l'entreprise à un montant estimé à 307 millions de dollars.

Pour couronner le tout, des publicités payées par le gouvernement, dont j'ai parlé au début de cette chronique, ont été achetées à hauteur de 24,89 millions de dollars. Le Bureau du vérificateur général a déclaré que le contenu de ces publicités était essentiellement partisan.

Malheureusement, le vérificateur général n'a plus le pouvoir d'empêcher que les publicités partisanes soient payées avec des fonds publics parce que le premier ministre est revenu sur sa promesse de 2018 de rétablir les parties de la Loi sur la publicité gouvernementale qui leur permettait de le faire.

À mon avis, le fait que le premier ministre fustige le « train de la sauce » sonne creux par rapport à ses antécédents. Ainsi, lorsqu'il présentera une fois de plus un budget qui dépense plus que jamais, mais qui comprend des réductions en dollars réels dans les soins de santé, l'éducation et les services sociaux, nous devrions nous méfier de la tentative de son gouvernement de faire tourner l'histoire.

Le premier ministre Ford s'est fié à la taille de ses budgets pour couvrir ses habitudes de dépenses. Il est facile pour lui de souligner qu'il dépense des milliards et des milliards, et les Ontariens sont enclins à croire que cela va vers eux. Ce n'est qu'une fois que nous passons un peigne fin aux livres que son hypocrisie sort.

Comme toujours, je vous invite à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou appeler sans frais le 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député provincial

Algoma - Manitoulin

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page