top of page
Rechercher
  • mmantha-co

juin 2, 2023

Alors que je réfléchissais à des sujets pour la chronique de cette semaine, compilant une liste dans mon esprit, il m’est venu à la connaissance que j’ai écrite sur les questions de santé à plusieurs reprises au cours des derniers mois. J’étais sur le point de dépasser le sujet quand j’ai senti une étincelle électrique claquer dans ma conscience. Bien sûr! Il s’agit d’un problème majeur qui nuit à des milliers d’Ontariennes et d’Ontariens. De toute évidence, pour résoudre les problèmes de soins de santé de l’Ontario, il faudra plus que gifler un pansement, prendre deux aspirines et appeler le médecin le matin... ou devrait-on appeler le ministre de la Santé?

Au cours des dernières semaines et des derniers mois, les nouvelles ont été pleines d’histoires sur la fermeture, ou la quasi-fermeture des services d’urgence (DE) dans les communautés rurales et du Nord de la province. Malheureusement, Algoma-Manitoulin n’est pas à l’abri des fermetures d’ED. L’Hôpital Thessalon fait partie du Réseau de santé de la Côte-Nord (RSSN), y compris les hôpitaux de Blind River et de Richards Landing. Thessalon a récemment dû fermer ses portes d’urgence à deux reprises parce qu’aucun médecin n’est disponible temporairement. Aucours de la dernière année, d’autres hôpitaux de la région ont été sur le point de fermer, y compris Blind River le 2 juin. Et cette tendance se poursuivra probablement tout au long de l’été dans le Nord. Qu’il n’y ait aucun doute; cela conduira à une angoisse et à une souffrance véritables.

Il est de notoriété publique que nous avons une pénurie de médecins partout en Ontario, surtout ici dans le Nord. Le premier ministre Ford aime à dire qu’il fait tout ce qui est humainement possible pour remédier à la pénurie, mais jusqu’à présent, ses efforts se sont avérés inefficaces. Il me rappelle un défenseur qui semble patiner fort pour se rendre à la rondelle dégagée de son côté, mais qui se retient en fait pour obtenir ce que lui et son équipe veulent – un appel de givrage. Tout cela n’est qu’une partie de son plan de privatisation.

L’hôpital Thessalon est sans médecin de soins primaires depuis plus de deux ans, tout comme d’autres collectivités rurales et du Nord. Par conséquent, ces hôpitaux ont dû compter sur le dévouement des médecins envers les soins aux patients pour combler les lacunes pendant des années. Cependant, bien que nos médecins font de leur mieux dans leurs communautés, il y a une limite à la quantité qu’il peuvent intervenir lorsqu’il ne semble pas avoir une fin en vue.

Il y a plusieurs raisons à la pénurie continue, l’une étant l’entente de groupe des médecins ruraux du Nord (RNPGA). Il s’agissait d’une entente conclue au milieu des années 1990 entre les médecins de l’Ontario et le ministère de la Santé. L’objectif de l’accord était d’attirer les médecins à travailler dans les collectivités rurales du Nord où les densités de population sont plus faibles, mais où la prestation des soins de santé est plus complexe. Au départ, il s’agissait d’une bonne entente qui a effectivement aidé à recruter des suppléants et des pratiques permanentes dans les collectivités du Nord. Mais, comme pour la plupart des choses, les temps et les besoins changent, et l’accord est devenu obsolète et problématique. Par conséquent, il ne devrait pas être mis de côté, mais plutôt mis à jour.

Il y a 37 collectivités rurales et nordiques financées en vertu de l’entente, qui s’applique aux régions comptant sept médecins ou moins. Dans le Journal de l’Association médicale canadienne, le médecin de l’île Manitoulin, Stephen Cooper, qui travaillait dans le cadre de l’entente initiale, a déclaré qu’au départ, l’entente avait entraîné une amélioration importante. Mais après tant d’années et de changements, cela ne fonctionne plus. Le Dr Cooper a expliqué : « La RNPGA doit être mise à jour pour refléter les changements dans la pratique médicale au cours des deux dernières décennies. (JAMC, 14 mai 2018)

L’un des domaines de l’entente qui doit être mise à jour est celui des paramètres qui dictent le moment où des fonds supplémentaires peuvent être utilisés en cas de pénurie de médecins. Par exemple, Wawa a eu 6 médecins pratiquant pendant de nombreuses années. Cependant, deux des six sont partis, ce qui entraîne un besoin urgent de les remplacer. Le problème est que la communauté ne peut pas demander de financement supplémentaire pour aider à couvrir le vide jusqu’à ce qu’elle perde 50 pour cent ou plus. Malheureusement, perdre 2 de 6 est seulement 33 pour cent. Par conséquent, Wawa n’est pas du tout admissible au financement malgré les besoins et les difficultés considérables qu’ils rencontrent dans le recrutement.

La ville de Spanish a perdu un médecin qui a déménagé son bureau dans une clinique privée à but lucratif à Ottawa, laissant la région sans médecin. La bonne nouvelle est qu’ils ont trouvé une infirmière praticienne prête à signer. La mauvaise nouvelle...? La RNPGA ne permet pas d’utiliser son financement pour fournir des soins infirmiers praticiens. Par conséquent, la communauté a les mains liées sans médecin ni soins primaires.

C’est un moyen de résoudre la pénurie, mais les termes de l’accord sont dépassés. Ils doivent renégocier pour laisser la flexibilité nécessaire pour suivre les changements au fil du temps.

Un autre problème est que les médecins qui avaient accepté d’effectuer des travaux de suppléant dans les régions du Nord, y compris Algoma-Manitoulin, n’étaient pas payés à temps. En fait, ils ont été forcés d’attendre de nombreux mois avant d’être payés pour leurs services. Certains ont d’énormes prêts étudiants à rembourser. Ils ont des factures et des dépenses comme le reste d’entre nous, plus les coûts qu’ils ont en travaillant comme suppléant dans les communautés loin de chez eux. Le problème était administratif au niveau du Ministère et aurait dû être en mesure de le résoudre immédiatement. Qui d’entre nous peut se permettre de travailler pendant des mois sans être payé par notre employeur? Qui voudrait travailler pour un employeur avec un historique de paiement lent? Word circule et a un impact négatif sur le recrutement potentiel pour la communauté.

Encore une fois, les gens du Nord souffrent parce que les bureaucrates ne saisissent pas les ramifications de leur échec.

Lorsqu’un gouvernement met en œuvre des politiques, des règlements et des lois, les Ontariennes et Ontariens s’attendent à ce qu’il fasse en sorte que nos systèmes offrent les services dont nous avons besoin de façon équitable et efficace. Nous nous attendons à ce qu’ils améliorent nos vies. Si une voiture ne fonctionne pas correctement, nous la réparons. Si un programme informatique ne fonctionne pas correctement, nous le mettons à jour. Donc, si la RNPGA ou d’autres politiques n’améliorent pas les soins de santé et la vie des gens, le gouvernement doit les mettre à jour.

Et plus le gouvernement remet cela à plus tard, plus les gens souffrent – et pas seulement au sens figuré.

Naturellement, lorsque vous prenez du recul et que vous essayez de tenir compte des nombreux problèmes du système de santé de l’Ontario, c’est intimidant, peut-être même menaçant. Mais lorsque vous avez un énorme désastre à nettoyer, vous le décomposez en parties gérables et vous vous concentrez sur une chose à la fois. Passez ensuite à la suivante. La prochaine chose que vous savez, le travail n’est pas si intimidant après tout, et une fin est en vue.

Quelqu’un doit dire au premier ministre Ford que le temps de jouer au jeu des reproches est terminé. Il a remporté avec succès deux élections et en est à un an de son deuxième mandat. Il est maintenant temps de faire le travail. Les habitants du Nord de l’Ontario pourraient voir de réelles améliorations si le gouvernement s’engageait à mettre à jour la RNPGA. Doug Ford ne peut plus blâmer les gouvernements précédents.

Le fardeau de résoudre la crise des soins de santé en Ontario incombe officiellement au premier ministre Ford.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à ma nouvelle adresse, mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin



0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page