top of page
Rechercher
  • mmantha-co

août 8, 2023

Le premier ministre Ford affirme qu'il n'y a pas assez d'intérêt ou besoin pour justifier une université française à Sudbury




Les lecteurs de cette chronique savent à quel point je suis fier d'être un habitant du Nord né et élevé. J'ai grandi à Gogama, où le français était la langue maternelle dans presque tous les foyers. Les gens parlaient français dans les églises, les écoles et les entreprises. Dans l'esprit de mes frères et sœurs et de mes amis, notre monde entier était francophone. Pour nous, le français était la norme.

Vous serez peut-être intéressés à savoir que toute mon éducation primaire a été faite en français. Cependant, si nous voulions une éducation secondaire francophone, nous devions demeurer avec les familles à Timmins du dimanche soir au vendredi, puis revenir à Gogama pour la fin de semaine. Quand je suis arrivé à Timmins, le seul mot anglais que je connaissais était ketchup (HaHa). C'est là que j'ai eu l'occasion d'apprendre l'anglais. Beaucoup de francophones vous diront que l'anglais est partout et facilement accessible, mais le français est une autre histoire. Dès un jeune âge, nous apprenons que même si l'Ontario compte 2 langues officielles, l'accès à l'éducation francophone n'est pas si facile.

Je me sens incroyablement chanceux que comme député provincial, je puisse communiquer efficacement avec les électeurs dans les deux langues officielles. Et je sais par expérience personnelle que cette province a des régions où le français est la langue prédominante ou du moins une langue dominante. Les résidents sont fiers de leur héritage francophone et d’être l'un des deux fondateurs qui se sont installés sur cette terre. C'est pourquoi le droit d'apprendre et de communiquer en français est inscrit dans la constitution canadienne.

Les Canadiens ont toujours accepté la diversité et continuent de le faire. Un sondage de Neilsen a sollicité les Canadiens sur les lois qui protègent et font la promotion du bilinguisme français et anglais. Les résultats ont montré que plus de 80 % des Canadiens appuient le concept qui favorise l'égalité de statut pour chaque langue. De plus, l'étude a révélé que 87 % des Ontariens et 92 % des citoyens du Québec appuient les objectifs de la Loi sur les langues officielles. (CBC News, 1er septembre 2016.) La Loi sur les langues officielles appuie le développement des communautés francophones et anglophones en situation minoritaire. À l'époque, Graham Fraser, commissaire aux langues officielles, a déclaré : « L'acception graduelle de la dualité linguistique par le Canada nous a rendus plus ouverts, plus inclusifs et plus prêts à accueillir d'autres membres de notre société. »

Il y a 23 universités subventionnées par l'État en Ontario, dont 2 sont francophones. L'un est situé dans le Nord de l'Ontario à Hearst et un autre dans la Mecque francophone de renommée mondiale de Toronto. Mais les familles veulent avoir la possibilité de faire en sorte que leurs enfants fréquentent des universités qui ne sont pas à des centaines de kilomètres de chez eux. Après tout, nos jeunes ne font que trouver leur chemin dans la vie et ont encore besoin de soutien de la maison. J'en parle avec expérience.

Depuis de nombreuses années, la communauté francophone de l'Ontario demande au gouvernement de l'Ontario d'appuyer une université française financée par la province. Le gouvernement fédéral comprend la valeur de cette initiative, en montant à la hauteur en 2022 avec 1,9 million de dollars pour aider à réaliser le rêve d'établir une université francophone gérée de façon autonome par et pour la communauté francophone.

Mais le gouvernement Ford a un point de vue tout à fait différent sur la question. Il n'appuie pas le projet d'une nouvelle université francophone à Sudbury. Ils ont annoncé leur décision de ne pas soutenir une université française juste avant la longue fin de semaine de la fête du Canada - lorsque les gens étaient distraits, se préparant à célébrer la fête. Pardonnez mon cynisme, mais j’ai difficulté croire que le moment était une coïncidence. C'était pour éviter toute retombée alors que l'Assemblée législative se retirait pour les vacances d'été.

Certains pourraient être surpris d'apprendre qu’en 1912, le gouvernement provincial, sous la direction du premier ministre conservateur James Whitney, a adopté le Règlement 17, qui rendait illégal l'enseignement en français en Ontario. Il n'a été annulé qu'en 1927. Cette loi a eu des répercussions horribles sur la population francophone de l'Ontario, faisant en de grandes générations l'incapacité d'écrire ou de lire dans leur langue maternelle. (TimminsToday.com 21 juillet 2023)

Songez aux dommages que le Règlement 17 a causés au cours des nombreuses années en privant les Ontariens du patrimoine francophone de leur droit de parler et d'apprendre dans leur langue maternelle. Considérez les milliers de jeunes esprits qui n'ont pas été autorisés à grandir et à s'épanouir dans la langue de leurs ancêtres pendant des générations; une perte qui ne pourra jamais être retrouvée.

Donc, après que les conservateurs, en 1912, ont utilisé une loi pour refuser aux francophones le droit de parler et d'apprendre en français, le premier ministre Ford est venu et a dit, il n'y a tout simplement pas assez de demandes, alors pourquoi s'embêter? Faut-il se demander pourquoi la demande pourrait être quelque peu diminuée aujourd'hui quand on considère que les générations de francophones ont été privées de leurs droits?

Mais, comme je l'ai dit, c'était à l'époque; c'est maintenant. Les Ontariennes et Ontariens ont grandi et évolué au cours de ces nombreuses décennies. Nous sommes beaucoup plus instruits aujourd'hui. Alors, pourquoi mettre fin à l'établissement d'une université francophone à Sudbury alors que la tendance depuis des années est de plus en plus au profit de la dualité linguistique pour l'Ontario?

Alors, comment le premier ministre Doug Ford peut-il justifier de fermer la porte à la communauté francophone lorsqu'on lui demande d'appuyer une université française dévouée? Lorsqu'on lui a posé cette question, la ministre des Collèges et Universités de l'Ontario (MCU), Jill Dunlop, a expliqué que la demande d'une université française à Sudbury « ne reflète pas la demande actuelle et les tendances en matière d'inscriptions, surtout compte tenu de la capacité déjà existante des établissements postsecondaires d'offrir des programmes de langue française dans la région du Grand Sudbury et dans l'ensemble de l'Ontario ».

En d'autres termes, le gouvernement affirme qu'il n'y a pas suffisamment d'intérêt ou de besoin pour justifier le financement d'une université francophone. Et ce, malgré le fait que la constitution canadienne garantit l'éducation en français.

Incroyablement, pour ajouter l'insulte, après que le ministre a dit aux francophones qu'il n'y aurait pas d'université à Sudbury, le ministère a publié une déclaration disant: « Le ministère s'est engagé à donner la priorité aux étudiants. Il s'agit notamment de maximiser le choix des étudiants, de soutenir l'accès à l'éducation postsecondaire en langue française et de les préparer à réussir dans des carrières enrichissantes. Nous continuerons de travailler avec tous nos instituts d'éducation francophones pour aider à offrir une éducation postsecondaire de grande qualité aux communautés nordiques et francophones.

Parlez de vos messages contradictoires.

Beaucoup de choses ont été perdues, mais il y a toujours de l'espoir pour demain. La communauté francophone de l'Ontario ne doit pas arrêter de demander pour une université francophone à Sudbury. Il y a trop d'enjeux pour s'en aller maintenant. Nos parents et nos grands-parents ont été implacables dans leur lutte, et nous devons à nos enfants de continuer jusqu'à ce que nous ayons une troisième université francophone financée par l'État en Ontario.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à ma nouvelle adresse, mmantha-co@ola.org ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député

Algoma-Manitoulin

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page