top of page
Rechercher
  • mmantha-co

9 février 2024

Dernière mise à jour : 16 févr.

Ouverture de nouveaux centres chirurgicaux :

Trompez-moi une fois...



Comme le dit le proverbe intemporel : « Trompez-moi une fois, honte à vous ; trompez-moi deux fois, honte à moi. »

Pendant les vacances d'hiver, en écoutant les gens de toute la circonscription, j'entends des inquiétudes croissantes au sujet de la privatisation des soins de santé par le gouvernement Ford. Dernièrement, l’accent semble être mis sur l’empressement du premier ministre Ford à jeter le tapis de bienvenue pour les cliniques chirurgicales à but lucratif. En plus de la détermination obstinée du premier ministre Ford à rendre les sud disponibles à chaque coin de rue et à chaque station-service, cela a été son succès numéro un.

Les gens sont malades et fatigués, sans jeu de mots, de longues attentes dans les départements d'urgence, d'attentes pour des consultations de spécialistes et d'attentes pour la chirurgie. Des millions d'Ontariennes et d'Ontariens en ont assez parce qu'ils essaient depuis des années, sans succès, de s'inscrire sur la liste des médecins et de ne ressentir aucun espoir pour l'avenir. Ils sont fatigués, ils sont inquiets et ils veulent juste que la douleur physique et psychologique cesse.

Les gens étaient d’abord en colère parce que notre système de santé leur manquait à leurs défauts. Les patients ne peuvent pas s’inscrire sur la liste d’un médecin, passer des heures et des heures à attendre un traitement dans les services d’urgence de l’hôpital, attendre des jours pour être admis dans un lit réel dans un hôpital et attendre des mois, voire des années, pour voir un spécialiste ou subir une intervention chirurgicale.

Je vous prie de m’excuser d’être franc. Le fait est que le ton de la privatisation est maintenant sur toutes les lèvres, ce qui n’est pas un hasard. Beaucoup croient qu’il résulte d’un programme politique bien exécuté qui a été au détriment de la santé des Ontariens. Le gouvernement Ford épuise les gens depuis si longtemps qu’ils sont prêts à dire : « Je ne me soucie plus des soins de santé publics. Je paierai tout ce qu’il faut pour un certain soulagement.

Ce ne serait pas la première fois qu'un gouvernement conservateur utiliserait une telle tactique. Certains se souviendront de l’honorable John Snoblen, ministre de l’Éducation dans le gouvernement de Mike Harris. En tant que ministre, Snoblen a été enregistré sur vidéo admettant que la province a délibérément mis en faillite le système d'éducation et a contrarié les enseignants sans fin afin de créer une « crise utile » pour mener à bien les réformes souhaitées.

Cela vous semble familier ?

Le premier ministre Ford espère maintenant récolter les fruits de son travail grâce à son programme de soins de santé. Le gouvernement a annoncé son plan controversé visant à éliminer les arriérés de chirurgies en permettant aux chirurgies d’avoir lieu dans des cliniques autonomes à but lucratif. Ils commenceront progressivement par des procédures telles que les arthroplasties de la hanche et du genou, puis une fois que les gens se seront habitués à l’idée, ils ajouteront de plus en plus de procédures à la liste. Vous savez, un peu comme le concept de la cuisson d’une grenouille. Mettez une grenouille dans l’eau chaude et ils sauteront immédiatement. Mais si vous les mettez dans l'eau froide et augmentez lentement la chaleur, la grenouille ne remarquera pas la différence, et ils finissent comme soupe.

Nos médecins et nos infirmières en paient également le prix. Le numéro du 10 janvier 2024 de l' Ottawa Citizen a rapporté les résultats d'un sondage Nanos auprès des travailleurs hospitaliers de l'Ontario, indiquant que plus de la moitié des personnes interrogées craignent d'aller travailler chaque jour. Le Citizen a cité Dave Verch, premier vice-président du Conseil des syndicats d'hôpitaux du SCFP-Ontario, qui a déclaré : « Les membres nous disent que les gens se décomposent avant d'aller au travail et pendant les pauses déjeuner. Cela saigne dans leur vie personnelle.

Les résultats de l'enquête ont indiqué que 48 pour cent des travailleurs hospitaliers envisagent de quitter le terrain parce que le stress au travail est insupportable, et ils savent qu'ils le rapportent à la maison à leurs familles. Il n'est tout simplement pas sain pour eux de continuer. S'ils partent, qui restera-t-il pour s'occuper des patients qui se retrouvent à l'hôpital ? Des bénévoles ?

Les nouvelles cliniques chirurgicales à but lucratif seront en mesure de planifier les opérations et les procédures en semaine et aux heures d'ouverture si elles le souhaitent. Cela sera sans aucun doute très attrayant pour les travailleurs stressés de nos hôpitaux publics. Ils seront attirés comme des abeilles au miel - et qui peut les blâmer ? Ils ont des factures à payer et des enfants à prendre en charge, comme vous et moi.

Mais bien sûr, le premier ministre Ford promet que cela n'arrivera pas. Il promet que tous les hôpitaux indépendants seront tenus de soumettre des plans de dotation au ministère pour prouver qu'ils ne cherchent pas à attirer le personnel existant des hôpitaux publics. Dans le numéro du 13 janvier 2023, les journalistes du Toronto Star Rob Ferguson et Robert Benzie ont cité un fonctionnaire du ministère anonyme qui a déclaré : « Nous allons mettre en place des mesures pour nous assurer qu'un médecin ou une infirmière ne quitte pas simplement l'hôpital pour l'autre clinique (privée). » Ils ont expliqué qu'ils s'attendent à ce que les travailleurs partagent leurs heures entre les hôpitaux publics et privés, travaillant dans les établissements privés « pendant leur temps libre ».

Dans leurs temps libres !? Vraiment ? S'agit-il des mêmes travailleurs surseaux déjà en pénurie et travaillant des quarts de travail supplémentaire qui renonceront à leurs jours de congé et à leur temps libre pour travailler un deuxième emploi ?

Le plan est tout simplement ridicule.

Cette promesse d'examiner de près le piratage des travailleurs hospitaliers vient du même gouvernement qui a versé près de 1 milliard de dollars à des entreprises qui n'étaient pas admissibles à l'aide COVID-19. Le 1er décembre 2021,  le Toronto Star a rapporté : « Dans la hâte de faire sortir l'aide COVID-19, le gouvernement du premier ministre Doug Ford a envoyé près de 1 milliard de dollars à des milliers d'entreprises qui n'y étaient pas admissibles ou qui ont reçu plus que leurs pertes ne le justifiaient, accuse la vérificatrice générale Bonnie Lysyk.

Pouvons-nous avoir confiance que ce même gouvernement fera mieux pour empêcher un exode massif des travailleurs de la santé des hôpitaux publics vers les cliniques à but lucratif ?

« M. Lysyk a constaté une absence « troublante » de contrôles qui a donné lieu à l'approbation de demandes « suspectes » — y compris d'entreprises ayant des adresses à l'extérieur de l'Ontario — en raison de l'accent mis sur la rapidité et d'un manque de vérification. »

Il s'agit du même premier ministre qui a été filmé en 2018 en s'engageant auprès de promoteurs amicaux à ouvrir « une grande partie » de la Ceinture de verdure pour la construction domiciliée. Puis, lorsque le commentaire a été exposé, il a pivoté, promettant sans équivoque aux Ontariennes et aux Ontariens : « Nous ne toucherons pas à la Ceinture de verdure. » Eh bien, nous savons tous comment le reste de cette histoire s'est déroulé....

Et, il y a quelques semaines à peine, Chronoque du parc a couvert le sujet de la protection des résidents des établissements de soins de longue durée avec le sous-titre « C'est une question de confiance ».

Il s'agit du même gouvernement dont la vice-première ministre et ministre de la Santé, l'honorable Christine Elliott, a démissionné de la politique et, en peu de temps, a signé en tant que lobbyiste pour un hôpital à but lucratif connu. Le fait qu'un leader gouvernemental de si haut niveau expose si rapidement un programme aussi flagrant soulève des préoccupations extrêmes quant à l'éthique personnelle et gouvernementale et au risque de conflit d'intérêts.

À ces Ontariens qui se disent : « Assez ! Je veux juste me sentir mieux. Je veux juste avoir accès à un médecin », ou, « Je veux juste avoir l'opération dont j'ai besoin », je dis, je comprends. Je comprends pourquoi ils sont au bout de leur corde. Cependant, je ne peux m'empêcher de penser que nous sommes dirigés et pousser simultanément sur une voie que nous ne pouvons pas nous permettre d'aller. Nous devons rester forts et nous dire à nous-mêmes et à nos proches : « Trompez-moi une fois, honte à vous ; trompez-moi deux fois, honte à moi.

Les Ontariennes et Ontariens peuvent-ils se permettre d'être manipulés pour renoncer à nos soins de santé publique durement gagnés ? C'est l'une de ces choses qui, une fois perdues, ne pourront jamais, jamais se permettre de remettre les morceaux.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org  ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha député/député

Algoma - Manitoulin

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page