top of page
Rechercher
  • mmantha-co

8 mars 2024

Les Ontariennes et Ontariens deviennent-ils complaisants en mode crise ?



Je sais que cela va sembler étrange, mais je demande aux lecteurs de supporter avec moi un moment.

Personne ne veut avoir de problèmes dans la vie. La plupart des gens seraient d'accord pour dire que les problèmes sont totalement négatifs. Mais je me prie de ne pas être d'accord, du moins dans une certaine mesure. Je peux voir un avantage limité parce que les problèmes nous mettent au défi d'utiliser nos compétences, nos connaissances et notre créativité pour trouver des solutions. Ils peuvent nous donner un but et nous motiver à communiquer, à collaborer et à coopérer. Et quand on y pense, le rôle du gouvernement est de résoudre les problèmes de la société. Même lorsque nous sommes confrontés à un flux constant de problèmes, nous pouvons toujours vivre une vie saine, heureuse et productive.

Les crises, cependant, sont une tout autre affaire. Les crises dans la vie sont considérées plus graves et nécessitent une attention et une résolution urgentes pour éviter des niveaux croissants de pertes ou de dommages. Les dommages peuvent être irréparables ou même mortels si une crise est prolongée ou suffisamment grave.

Il est essentiel de clarifier la différence entre les problèmes et les crises, car il semble que depuis la fin des années 1990-2000 et tout au long des années du gouvernement Ford, les Ontariens font face à plusieurs crises simultanément depuis trop longtemps. La pandémie que nous avons connue au cours des dernières années a été qualifiée de crise, car elle a eu un effet incroyablement néfaste sur notre santé, notre bien-être et notre économie. Il semble que nous ayons finalement fait de cette crise des problèmes. Cependant, nous continuons de subir des effets horribles des crises de santé publique et d'éducation.

Le besoin le plus urgent dans le secteur de l'éducation est de remédier à la grave pénurie de travailleurs de l'éducation. Cela comprend les enseignants, les aides-enseignants et les travailleurs de l'éducation de la petite enfance. Pire encore, cette pénurie était bien connue pour être à l'horizon, même en 2018, lorsque le premier ministre Ford est entré en fonction.

En raison de l'offre excédentaire d'enseignants, le gouvernement a choisi de réduire les places d'inscription dans les collèges d'enseignants. Un article d' août 2018 de CBC News a rapporté : « En 2015, le gouvernement de l'Ontario a réduit les inscriptions dans les collèges d'enseignants de plus de moitié, le nombre de diplômés passant de 12 399 en 2015 à 5 480 en 2018. » Le gouvernement libéral de l'époque a choisi d'étendre la qualification au diplôme d'études d'un seul programme à un programme de deux ans. Cela a eu en partie l'effet souhaité de réduire l'offre excédentaire pendant au moins un an.

Mais même à ce moment-là, les administrateurs des collèges d'enseignants ont averti la province que l'écriture était sur le mur. Le même article de CBC de 2018 a déclaré : « Seulement trois ans après que le gouvernement de l'Ontario a réduit de moitié les inscriptions dans les collèges d'enseignants, la province pourrait se diriger vers une pénurie d'enseignants. ' Nous constatons une réduction de l'offre excédentaire, et cela va se poursuivre », a averti Richard Barwell, doyen de l'éducation à l'Université d'Ottawa.  L'ordre des enseignantes et des enseignants de l'Ontario est également intervenu, affirmant que les conseils scolaires de l'Ontario devraient se lancer dans des stratégies de « recrutement vigoureux » pour éviter les pénuries à venir.

Les EE n'ont pas reçu un salaire correspondant à la charge de travail et à la responsabilité. Le salaire était si bas que de nombreux travailleurs devaient avoir deux ou trois emplois pour joindre les deux bouts. Qui va travailler pour un travail difficile qui nécessite de la patience et de la formation ? Et n'oubliez pas qu'ils ne sont pas payés lorsque l'école est terminée. En conséquence, il y a eu un exode massif et une pénurie éventuelle dans la profession. L'augmentation de la charge de travail du personnel a entraîné une réduction de la disponibilité du personnel pour aider les étudiants. En conséquence, les élèves sont devenus de plus en plus frustrés, et une tendance générale à agir est devenue plus qu'évidente. Certains élèves frustrés sont devenus de moins en moins coopératifs et ont été victimes de violence physique, frappant, donnant parfois des coups de pied et mordant le personnel ou d'autres enfants. Bien sûr, cela a réduit le rendement scolaire de tous les élèves dans la salle.  

La crise des travailleurs de l'éducation de toutes les allégeances paralyse notre système d'éducation, à la fois public et séparé également, ainsi que les systèmes de garde de la petite enfance. Récemment, j'ai eu le privilège de rencontrer Hillary Howe, directrice de l'école publique George O'Neill, Superior Greenstone District School Board et Greg Arkwright, directeur de l'école publique Fenelon Township, Trillium Lakelands District School Board, représentant le Conseil des directeurs d'école de l'Ontario (CPVP). Ils ont partagé un rapport du Commissariat qui a fourni des statistiques choquantes qu'ils voient dans leurs propres écoles, qui comprenait les suivantes :

  • 46 % du personnel scolaire manque 5 jours par semaine.

  • 70% ont jusqu'à 20% de leurs postes non pourvus chaque jour, parce qu'un remplaçant n'est pas disponible

  • Dans 60 % des cas, les adultes non qualifiés doivent pourvoir les postes vacants.

  • La plupart des pénuries de personnel sont les aides-enseignants (54 %) et les enseignants (35 %).

Le rapport a également noté les répercussions négatives suivantes en raison des pénuries ci-dessus :

  • Une augmentation des problèmes de comportement, de la violence, des bagarres, de l'intimidation et des vols en raison de la diminution du nombre d'adultes à l'école, ce qui conduit à des écoles moins sûres

  • Un impact négatif sur l'apprentissage en raison de l'incohérence des enseignants qui sont absents / malades et des cours annulés / combinés, ce qui entraîne moins de temps d'enseignement par élève

  • Moins de temps pour les élèves ayant des besoins spéciaux à passer avec leurs aides-enseignants (AE), qui sont souvent réaffectés à des salles de classe pour couvrir les enseignants absents

  • Un impact négatif disproportionné sur certains de nos élèves les plus marginalisés et les plus à risque, car les programmes spécialisés sont annulés ou réduits

  • Une augmentation du nombre d'élèves et du nombre de fois où les élèves ayant des besoins spéciaux ne sont pas en mesure d'aller à l'école en raison d'un manque d'EE

  • Une augmentation des problèmes de santé mentale, du stress, de l'épuisement professionnel et de la maladie pour le personnel qui tente de combler les lacunes sans les ressources humaines ou financières pour le faire de manière adéquate

  • Les directeurs d'école et les directeurs adjoints doivent s'occuper des cours et de la supervision, en les retirant de leurs responsabilités à l'école primaire et de leurs fonctions législatives.

Mon bureau reçoit souvent des appels et des lettres de parents qui se plaignent que l'école de leur enfant ne répond pas aux besoins de leur enfant. Nos enfants sont victimes collectivement. Cependant, il est important de souligner que ce n'est pas la faute de l'administration du conseil scolaire, des responsables scolaires ou du personnel. Ils sont aussi frustrés que les parents et les enfants eux-mêmes. Au lieu de cela, la racine de cette crise croissante se trouve aux pieds du gouvernement Ford. Mais le premier ministre Ford et le ministre de l'Éducation Stephen Leece sont à l'abri de la vue immédiate et de la ligne de feu à Queen's Park de la part de parents frustrés.

Il est temps pour le gouvernement Ford d'intervenir et de lutter contre les crises de l'éducation en Ontario pour devenir des problèmes gérables. Il n'est ni sain ni raisonnable que nos Ontariennes et Ontariens, en particulier nos enfants, continuent dans cette voie.

Un excellent début serait de commencer par le rapport et les recommandations du CPVP. Avouons-le : à côté des enseignants, les directeurs d'école sont en première ligne. Ils sont les mieux placés pour voir et entendre les parents, le personnel et les élèves afin de comprendre les problèmes. Et ils savent ce qui doit être fait pour résoudre ces problèmes. À partir de là, c'est le travail du gouvernement d'écouter, d'apprendre et d'élaborer des stratégies efficaces pour encourager plus de gens à suivre des cheminements de carrière qui peuvent être une carrière enrichissante et honorable. Quoi de mieux que de savoir que vous avez fait une différence dans la vie des enfants ? Si l'on veut que l'Ontario soit un concurrent dans l'économie mondiale, nous devons faire des investissements efficaces dès maintenant afin de pouvoir en récolter les fruits à l'avenir.

Nous savons tous que les problèmes ne sont qu'une partie de la vie. Nous traitons tous les problèmes tous les jours et vivons une vie heureuse et productive. Les crises se produisent aussi, mais le plus souvent, nous agissons pour les freiner le plus rapidement possible. Il n'est pas sain ou sûr de vivre en crise constante. Il semble toutefois que le premier ministre Ford pense qu'il est acceptable de nourrir les Ontariennes et Ontariens avec un flot constant de crises multiples. La crise de l'éducation a commencé comme un problème jusqu'à ce que ses conservateurs arrivent au pouvoir.

Forcer les Ontariennes et Ontariens à endurer des conditions aussi prolongées n'est pas ce que fait un leader compatissant et responsable.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma - Manitoulin 

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page