top of page
Rechercher
  • mmantha-co

8 décembre 2023 Chronique de Queen's Park

Le tic-tac des malheurs des soins de santé de

l'Ontario affecte le premier ministre



Certains de mes amis ont une belle horloge grand-père dans leur salon. C’est une véritable antiquité patrimoniale qui fonctionne avec des poids, des poulies et un pendule. J’aime souvent leur compagnie, sirotant un café à côté de l’horloge, parlant dans des tons plus calmes afin que nous puissions profiter de son rythme de tic-tac pendant parfait. C’est un son apaisant, qui me rappelle que nous avons tous besoin de profiter de ce que nous avons. Cela m’aide à me rappeler que nous avons le temps et la capacité de rendre le monde meilleur, même si ce n’est que notre petit monde.

Cependant, j’ai aussi vu beaucoup de gens qui entendent ce même tik-tac, mais il a l’effet inverse sur eux. Certains voient le temps se transformer d’ami en ennemi. Les tons rythmiques de tik-tac se transforment en tambours de danse-battement, et les carillons deviennent des sonnettes d’alarme flamboyantes.

D'après le siège qui m'a été attribué à l'Assemblée législative, je vois clairement que cette dernière situation se déroule de l'autre côté de l'allée pour le premier ministre Ford. Alors que je siégeais à l’Assemblée législative, j’ai vu le comportement, les paroles, les décisions et les actions de M. Ford changer. Il ne fait aucun doute qu’il craint maintenant plus le temps chaque jour. Cependant, ce changement est tout à fait compréhensible, compte tenu des promesses qu’il a faites lors de sa première élection en 2018. (Un bon résumé des promesses du premier ministre Ford se trouve dans l'édition du 7 juin 2018 du magazine Macleans Voici toutes les promesses de Doug Ford lors des élections ontariennes de 2018.)

Pas plus tard que cette semaine, le vérificateur général (VG) a publié un rapport cinglant, critiquant de nombreux problèmes de rendement du gouvernement conservateur cette année. Donc, maintenant que le rythme de l’horloge de M. Ford n’est plus en phase avec ses plans, le tik-tac met Doug Ford en mode panique. Nul doute qu’il aimerait pouvoir retourner les mains du temps. Il suffit de regarder comment il change ses politiques, certaines lois, congédier les ministres du Cabinet, faire des accusations et se chamailler avec les chefs de parti sur des questions mesquines et même personnelles.

La promesse de réparer les soins de santé n’est que l’un des nombreux problèmes de mauvaise performance que l’AG a sévèrement critiqués. L’une des promesses les plus importantes du premier ministre était qu’il réparerait notre système de santé publique. Il engagea les conservateurs à mettre fin à la médecine de couloir. S’adressant directement aux résidants du Nord, il a promis d’amener plus de médecins à déménager dans le Nord pour ouvrir des cabinets.

Le rapport du procureur général a souligné les dommages incroyables causés par les conservateurs en adoptant le projet de loi 124, qui limitait les augmentations salariales pour les travailleurs du secteur public, y compris les infirmières, à 1% pendant trois ans. Cette décision a créé une crise de dotation en personnel dans les soins de santé. L’Ontario manquait déjà des milliers d’infirmières pour couvrir les postes. En signe de protestation, les infirmières ont quitté la province pour travailler ailleurs ou ont même quitté la profession entièrement en raison d'un faible salaire, étant forcées de travailler des semaines sans congé. Ils ne pouvaient plus supporter la charge de travail impossible des patients et répondre aux normes professionnelles en matière de soins infirmiers. La dépression et l'épuisement professionnel sont devenus endémiques.

Le gouvernement Ford a tenté de corriger le problème en faisant la promotion de la création d'agences de recrutement à but lucratif pour les travailleurs de la santé. Cela n'a fait qu'empirer une mauvaise situation. Les infirmières ont quitté l'emploi d'hôpitaux financés par l'État qui payaient entre 35 $ et 50 $ l'heure et ont été embauchées par des organismes qui leur ont permis de choisir où et quand elles travaillaient pour 75 $ ou plus l'heure. Cela crée des situations dans lesquelles les infirmières employées dans les hôpitaux reçoivent des salaires inférieurs et du travail moins souhaitables que les travaillants d'agence qui sont payées plus par heure.

L'édition du 6 décembre de  ElliotLakeToday.com a rapporté : « Les pénuries de personnel sont particulièrement aiguës dans le nord, où les hôpitaux doivent compter davantage sur les infirmières des agences, payant environ trois fois le coût du personnel infirmier, y compris les marges bénéficiaires pour les entreprises, en plus des frais de déplacement. »

Le procureur général a également souligné qu'après les patients ont été triés dans les services d'urgence des hôpitaux (ED), ils peuvent maintenant prévoir à attendre 30 minutes de plus pour voir un médecin comparer a 10 ans passé.

En plus d'attendre plus longtemps pour le traitement, sous la surveillance des conservateurs, les Ontariennes et Ontariens voient de plus en plus de fermetures d'ED en raison d'un manque de personnel. ElliotLakeToday.com a également déclaré : « Bien que les fermetures non planifiées d'urgence aient été très rares avant 2019-20, l'auditeur en a suivi plus de 200 d'ici juin 2023, date à laquelle la province n'avait pas encore établi de plan complet pour les prévenir. » Algoma-Manitoulin a eu sa part de fermetures à l'ED et de quasi-fermetures. Les statistiques du Nord montrent également qu'entre juillet 2022 et septembre 2023, 10 hôpitaux ont été forcés de fermer leurs services d'obstétrique.

Il semble clair que les promesses du premier ministre Ford ne tiennent pas. Son gouvernement n'a pas conçu un plan complet ou mis en œuvre pour réparer les soins de santé. Au lieu de cela, il vient d'aggraver une mauvaise situation.

Au premier ministre Ford, j'offre les paroles de l'écrivain de poésie et de prose John Donne : « N'envoyez jamais savoir pour qui sonne la cloche ; cela sonne pour vous. »

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page