top of page
Rechercher
  • mmantha-co

7 juin 2024

Donnons crédit à qui le crédit est dû



Je dois dire que nous, les politiciens, sommes vraiment déroutants à comprendre. C’est avec une grande confiance que je dis qu’il n’y a pas de « type » standard ou de trait de caractère particulier que nous partageons tous. Certains pourraient soutenir que nous aimons tous les feux de la rampe ou que nous aimons nous entendre parler. Certains pourraient dire que les politiciens prospèrent sur le sentiment de pouvoir perçu sur les masses. Et, bien sûr, il y a une hypothèse écrasante que les politiciens jouissent d’un type particulier d’euphorie qui peut provenir de la lutte contre l’esprit et de la joute avec des barbes et des bousillés entre le gouvernement et l’opposition. Si vous me demandez s’il est vrai que les politiciens sont tous coupés du même tissu, je répondrais : « Bien sûr que c’est — dans une certaine mesure. » Mais pour être sûr, il y a aussi des variations infinies.

Cependant, je pense que les gouvernements sont comme une courtepointe formée de centaines de pièces qui se réunissent, créant la sécurité et la force. Je crois fermement qu’il y a beaucoup à gagner à débattre de questions à l’Assemblée législative. Je sais par expérience que de grandes choses peuvent se produire lorsque des comités composés du gouvernement, de l’opposition et de députés indépendants évitent la partisanerie, au lieu de maintenir le dialogue pour faire en sorte que les lois fonctionnent pour les gens qu’elles sont censées gouverner.

Le public a l’impression que gouverner et changer se produisent à l’Assemblée législative. C’est peut-être ce à quoi ça ressemble sur les clips de nouvelles, mais ce n’est pas la réalité. Tout le travail sur les jambes et les discussions préliminaires se font en coulisses avant que les ministres et les députés ne laissent la main dessus. Nous participons au processus tout au long du processus, mais nous ne sommes pas les créateurs ou les bâtisseurs de la loi.

Je soulève la question du travail de grognement politique, faute d’un meilleur terme, pour une raison dans la chronique de cette semaine.

Récemment, un ministre du gouvernement s’est rendu dans la circonscription pour annoncer, en grande pompe, de nombreuses subventions et lancements de programmes dans plusieurs collectivités d’Algoma-Manitoulin. J’ai été ravi d’apprendre le généreux soutien du ministère à plusieurs groupes communautaires. Cependant, en écoutant le discours, je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir un pincement d’agacement à l’arrière de mon cou. Si la vie des gens d’Algoma-Manitoulin en profite, comment pourrais-je me sentir troublé par une si bonne nouvelle ?

J’ai été troublé parce que le ministre n’a pas donné de crédit là où le crédit était dû.

Oui, le financement est accordé par divers ministères et organismes. Cependant, bien avant que les demandes ne soient soumises pour examen, beaucoup de travail préparatoire doit être mis en place par les bénévoles de l’organisation, les administrateurs municipaux, et ainsi de suite par les bénéficiaires de la communauté. Et ce travail ne commence pas seulement quelques semaines avant que les demandes ne soient soumises. Cela ne commence même pas des mois avant. Dans certains cas, le projet est conçu et élaboré au fil du temps, parfois des années avant que les plans définitifs ne soient effectivement soumis à l’examen. Pour lancer de grands projets, il faut de la prévoyance, de la planification et du grognement. Il faut aussi de la persévérance, en soumettant des demandes année après année.

J’ai été tellement déçu que le ministre qui est récemment venu dans la circonscription pour faire des annonces n’ait pas eu la courtoisie d’inviter ceux qui ont fait le travail préparatoire réel à se joindre à lui pour annoncer la bonne nouvelle. Pire encore, le ministre n’a même pas donné un soupçon de crédit pour remercier les gens qui ont jeté les bases. La plupart des ministres invitent également le député provincial local à y participer, car nous connaissons souvent les travailleurs des tranchées et nous tenons à les féliciter et à les remercier au nom des citoyens. Comme c’est le style de trop de politiciens, certains politiciens ne peuvent tout simplement pas invoquer la volonté d’éviter les feux de la rampe et de donner du crédit à ceux qui ont fait bouger les choses.

Pour être claire, la norme à laquelle je tiens les autres politiciens s’applique également à moi d’abord et avant tout. Je reçois toujours des appels, des courriels, des lettres et des poignées de main de la part d’électeurs qui me remercient d’avoir aidé à résoudre des problèmes personnels ou communautaires ou d’avoir présenté avec succès une demande de financement. Certes, parfois, c’est moi qui fais les appels ou qui plie les oreilles des personnes appropriées pour faire le travail. Cependant, le fait est qu’une seule personne ne peut pas faire toutes les choses que mon bureau fait. Bien que je sois fier d’accepter la reconnaissance de mon travail, je suis encore plus fier de dire aux gens que les efforts de mon équipe à Queen’s Park et au bureau de circonscription ont fait bouger les choses. Compte tenu du nombre de cas et de problèmes qui sont traités par mon bureau, la bonne partie du temps, mon équipe fait souvent tout le travail de jambe et de réseautage pour faire avancer les choses.

Et quand je dis équipe, c’est précisément ce qu’ils sont et comment ils travaillent. Lorsqu’une équipe sportive marque un but ou un coup de circuit, toutes les personnes impliquées partagent le succès et la joie : les joueurs, les entraîneurs, les entraîneurs et autres célèbrent tous. Le succès d’un membre de l’équipe est un succès pour nous tous. Il en va de même lorsque les bénévoles et les travailleurs d’un organisme, d’un groupe ou d’administrateurs municipaux travaillent à la réalisation d’un projet ou au lancement d’un programme. Et si vous pensez que soumettre des demandes de financement ou de programme est une tâche facile, détrompez-vous. Dieu sait que personne ne peut « embrouillir » ou compliquer une simple question ou déclaration comme un bureau bureaucratique ou gouvernemental.

Il est également important que les gens sachent qu’il existe littéralement des centaines de possibilités de présenter une demande de programmes et de financement pour améliorer la vie de leur collectivité. L’une des sources de financement les plus courantes est la Fondation Trillium de l’Ontario. Les subventions de la FTO aident un large éventail d’organisations et de collectivités à offrir des programmes et des services qui profitent directement aux gens de la région. Ils offrent des investissements communautaires sous forme de subventions de démarrage, de capital et de croissance. Et ils ont de nombreuses possibilités de financement pour soutenir les initiatives pour les jeunes et le financement pour aider les organisations locales à se réunir et à bâtir des communautés résilientes.

La FTO a été très généreuse en soutenant la population d’Algoma-Manitoulin. De janvier 2023 à cette date, la FTO a mené quatre cycles de subventions : 1 ronde de financement des immobilisations et 3 rondes du Fonds pour les collectivités résilientes. Au cours de cette période, les gens de cette circonscription ont bénéficié de 15 subventions totalisant 1 293 100 $.

Une autre source de financement importante pour les résidants du Nord est la Société du Fonds du patrimoine du Nord de l’Ontario (SGFPNO). Il a été créé en 1988 avec pour mandat de promouvoir et de stimuler les initiatives de développement économique dans le Nord de l’Ontario en offrant une aide financière aux projets qui stabilisent, diversifient et favorisent la croissance économique dans la région. La SGFPNO se concentre sur six programmes de financement visant à promouvoir la création d’emplois, la recherche et le développement technologiques, l’infrastructure et le développement communautaire, l’entrepreneuriat des jeunes, les stages et la coopération pour les jeunes et la production et la conservation de formes d’énergie renouvelable. Au cours de l’année civile 2023, la SGFPNO a investi plus de 14,3 millions de dollars dans 85 projets à Algoma-Manitoulin. Ce solide soutien a permis d’obtenir plus de 30,7 millions de dollars supplémentaires en investissements, créant ou maintenant 73 emplois. Jusqu’à présent, en 2024, la SGFPNO a investi plus de 5,7 millions de dollars à ce jour dans 33 projets dans la circonscription d’Algoma-Manitoulin, ce qui a permis d’obtenir 6,1 millions de dollars supplémentaires en investissements et de créer ou de maintenir 33 emplois.

L’an dernier, la municipalité de Wawa a reçu du financement du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario dans le cadre du Programme de développement économique rural pour appuyer l’élaboration d’un nouveau plan d’amélioration communautaire du centre-ville de Wawa. Wawa a également reçu plus de 553 000 $ en financement pour trois projets d’infrastructure. 246 000 $ pour l’aéroport municipal, près de 109 000 $ pour le club de golf Michipicoten et près de 200 000 $ ont été mis de côté pour développer de nouveaux espaces commerciaux et culturels pour la Première Nation de Michipicoten. Ce financement n’est pas tombé du ciel. C’était le résultat d’un travail acharné dans les coulisses.

Comme je l'ai dit, pour obtenir des programmes et du financement, il ne suffit pas de travailler. Cela demande également du temps et beaucoup de patience. Les résidents de Blind River et de la région ont travaillé très fort et patiemment pour essayer d'obtenir le financement d'une nouvelle école dont ils ont grandement besoin. L'école existante a plus de 85 ans et a plus que fait son devoir. J'ai eu le privilège de me joindre au Conseil scolaire du district d'Algoma et au Conseil scolaire du Grand Nord lorsqu'ils ont annoncé que le ministère de l'Éducation investissait 50,5 millions de dollars dans une école de la maternelle à la 12e année exploitée conjointement il y a quelques mois à peine. Il accueillera 381 élèves, 72 places au primaire de langue française, 64 places en garderie dans quatre salles et deux salles pour le Centre pour l'enfant et la famille. Cette réussite a nécessité cinq ans de discussions, de planification, de travail acharné et de patience. Mais à la fin, leur détermination a été récompensée.

Ce ne sont là que quelques-unes des réussites qui se sont produites à Algoma-Manitoulin. Mon bureau reçoit régulièrement des notifications de nombreux ministères. Le ministère des Aînés et de l’Accessibilité de l’Ontario appuie les programmes des centres de vie active pour les personnes âgées, qui offrent une gamme de programmes sociaux, culturels, d’apprentissage et récréatifs pour les aînés. Les groupes et centres de Seniors d’Algoma-Manitoulin ont reçu un généreux soutien financier et l’accès à des programmes par l’entremise du Programme des centres de vie active pour les personnes âgées du ministère des Aînés et de l’Accessibilité de l’Ontario. Ce programme aide les aînés à participer à des activités qui favorisent le bien-être physique et mental, l’engagement social et l’éducation.

Comme beaucoup de gens du Nord, j’ai parfois l’impression que nous sommes oubliés dans les régions du Nord. Mais, malgré toutes les nouvelles négatives avec lesquelles les médias nous bombardent, il y a vraiment de bonnes choses qui se passent et elles se passent ici à Algoma-Manitoulin. Elles se produisent en raison des bénévoles et des travailleurs communautaires qui travaillent fort et qui voient un besoin, formulent un plan pour résoudre les problèmes et travaillent ensuite dur pour que les améliorations deviennent une réalité. Ainsi, la prochaine fois que vous apprendrez l’annonce d’une subvention ou que vous assisterez à votre organisation communautaire ou à la réunion de votre club au cours de laquelle des annonces de financement et de programme sont faites, j’espère que vous prendrez le temps de donner du crédit aux personnes qui ont fait le travail de jambe de bottes sur le terrain pour rendre le financement possible. Ce sont eux qui font bouger les choses, pas les politiciens qui annoncent la bonne nouvelle.

Comme toujours, je vous invite à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou appeler sans frais le 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député provincial

Algoma-Manitoulin

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page