top of page
Rechercher
  • mmantha-co

30 novembre 2023

Le besoin des banques alimentaires est en hausse, mais étonnamment, l’inflation n’en est pas la cause.

Le Rapport sur la faim 2023 de Feed Ontario (FO) (anciennement connu sous le nom d'Association des banques alimentaires de l'Ontario) a été publié cette semaine. Le rapport est un outil bien organisé et convivial pour accéder aux statistiques sur l’utilisation des banques alimentaires. Le rapport de 2023 a confirmé que la faim n’est pas seulement un problème des grandes villes. Il a une emprise tout aussi ferme sur les petites collectivités rurales et nordiques comme la nôtre.

Voici quelques statistiques plutôt alarmantes et inquiétantes pour l’Ontario et Algoma-Manitoulin.

  • Entre le 1er avril 2022 et le 31 mars 2023, plus de 800 000 Ontariennes et Ontariens ont communiqué avec les banques alimentaires d’urgence pour obtenir de l’aide. Le nombre total de visites ayant grimpé à plus de 5,9 millions, une augmentation de 36 % par rapport à l’année précédente.

  • Les banques alimentaires d’Algoma-Manitoulin ont servi 3661 ménages, totalisant 14 491 visites. Malheureusement, 34 % de ces visites ont été faites par des enfants affamés.

  • À Algoma-Manitoulin, il y a 1 078 personnes dont la source de revenus déclarée est Ontario au travail (OT). 34 pour cent des clients des banques alimentaires comptent sur OT, qui n’a pas d’autre choix que d’essayer de se faire vivre avec un maigre 733 $.

  • Dans cette circonscription, 2193 bénéficiaires comptent sur l’appui mensuel de 1 308 $ du POSPH. Quiconque essaie de gérer un ménage dans cette région sait qu’aucune des deux sommes n’est suffisante pour répondre même aux besoins de base.

  • On dit que 10 % des résidents de l’Ontario vivent dans la pauvreté et 11,5 % de nos enfants. Malheureusement pour les résidents d’Algoma-Manitoulin, les nouvelles sont pires. Le taux de pauvreté est de 16 %, et 19 % des enfants vivent dans la pauvreté.

Le gouvernement fédéral subit des pressions pour qu’il fasse quelque chose pour freiner l’inflation galopante. L’opinion publique est que l’inflation est la principale cause de douleur chez les consommateurs. Alors que les citoyens respirent dans le cou, le gouvernement Trudeau aboie dans la foulée des grandes chaînes d’épiceries avec des menaces de taxes punitives et de pénalités si elles ne maîtrisent pas leurs prix.

Il ne fait aucun doute que les taux d’inflation galopants font en sorte qu’il est difficile pour les familles et les aînés de joindre les deux bouts mois après mois. Toutefois, l’inflation n’est en aucun cas la cause profonde de nos difficultés économiques. La vérité est que les bas salaires et l’emploi ont un impact plus important que l’inflation. Mais le premier ministre Ford ne veut pas que les Ontariennes et Ontariens voient les choses de cette façon. Il est beaucoup plus commode pour M. Ford de demander aux gens de pointer du doigt au gouvernement fédéral pour détourner le blâme politique de son gouvernement. (Les lecteurs de la chronique de la semaine dernière se souviendront peut-être de la citation de l’ancien vice-président des États-Unis et sénateur Hubert Humphrey : « L’erreur est humaine ; blâmer quelqu’un d’autre, c’est de la politique. »)

Les statistiques montrent que le chômage n'est pas un problème ici en Ontario, avec un taux comparativement faible de seulement 6,2 pour cent. C'est en fait INFÉRIEUR au taux moyen à long terme de 7,38 pour cent. Et il est certainement inférieur à ce qu’il était dans les années 1960 et 70, lorsque les économistes et les décideurs croyaient qu’ils pourraient réduire le chômage grâce à une inflation plus élevée. Le manque d’emploi n’est pas le problème.

En vérité, les Ontariens travaillent - certains travaillent même plusieurs emplois. Le rapport de FO a indiqué que 1 client de banque alimentaire sur 6 indique que sa principale source de revenus est le salaire d'emploi. Carolyn Stewart, chef de la direction de FO, a déclaré : « Bien que nous observions de faibles taux de chômage dans l'ensemble de la province, les travailleurs ontariens ont de la difficulté à gagner suffisamment de revenus pour se permettre le coût de la vie d'aujourd'hui. Par conséquent, plus de familles de travailleurs se tournent vers les banques alimentaires pour obtenir de l'aide."

Les gens ont un emploi et obtiennent des heures, parfois même plus que ce qui est sain pour leur famille, comme lorsque les deux adultes sont au travail ou dans le cas d'un parent seul. Si c'est vrai, comment expliquer notre crise?

Le principal problème, sont les bas salaires. Les gens ne reçoivent pas un salaire adéquat pour la valeur de leur travail. Victoria Wells a écrit dans l'édition du 30 novembre 2022 du Financial Post : « Les emplois manufacturiers bien rémunérés et syndiqués ont cédé la place à des emplois moins bien rémunérés, à temps partiel ou temporaire, tels que le travail à la demande. »

Les lecteurs se souviendront qu'après l'élection de Doug Ford, il a rapidement annulé l'augmentation prévue pour 2019 du salaire minimum de 14 $ à 15 $. Il est resté à la baisse jusqu'à ce qu'il passe finalement à 16,50 $ en octobre 2023. Il s'agit donc d'une politique du gouvernement Ford qui maintient les salaires des travailleurs artificiellement bas. Et à ce jour, l'Ontario ne s'est jamais remis des retards pluriannuels du premier ministre Ford.

Le gouvernement conservateur maintient les salaires des travailleurs de l'Ontario à un bas salaire. Le gouvernement sait que ses politiques salariales et d'emploi laissent tomber lamentablement les Ontariennes et Ontariens. Peu importe à quel point les Ontariennes et Ontariens travaillent fort ou combien d'heures ils travaillent chaque semaine, des milliers de personnes ne peuvent tout simplement pas ramener à la maison un chèque qui les aidera à joindre les deux bouts et à éviter la faim.

Et cela, mes amis, est quelque chose que le premier ministre Ford peut rectifier. Les travailleurs de l'Ontario devraient recevoir des salaires qui ne les laisseront pas se mettre de plus en plus loin derrière la balle des huit économiques, mois après mois, année après année. Et tout le monde devrait avoir droit à des congés de maladie. Rester à la maison aide à prévenir la propagation des virus et respecte le bien-être des collègues et des clients. Mais la réalité est que les travailleurs ne peuvent tout simplement pas se permettre de perdre une journée de salaire pour une maladie.

Les banques alimentaires n'ont jamais été conçues comme un approvisionnement alimentaire à long terme pour les familles et les personnes âgées de l'Ontario. Leur personnel est principalement composé de bénévoles et est soutenu par de généreux dons de produits non périssables ou de l'argent de personnes et d'entreprises bienveillantes de la communauté. Honnêtement, le taux d'utilisation actuel n'est tout simplement pas durable.

Mais pour l'instant, mettez de côté la politique et la théorie. Cela peut attendre un autre jour. Nous pouvons tous faire une différence aujourd'hui dans les maisons des gens de notre communauté. Les enfants ne devraient pas partir à l'école le ventre vide, et l'aîné ne devrait pas avoir à aller au lit le ventre vide, froid ou désireux. Nous ne pouvons pas donner tout le temps. Mais si nous nous engageons à faire ce que nous pouvons aussi souvent que possible, nous pouvons faire une réelle différence dans la vie des gens que nous connaissons. Faire don d'un pot de beurre d'arachide, d'une boîte de céréales ou d'un paquet de pâtes est excellent. Il est encore plus facile de faire un don en argent afin que la banque alimentaire puisse faire l'inventaire de ce qui est nécessaire et profiter des achats en vrac et des offres des fournisseurs de produits alimentaires.

Rappelez-vous, si nous donnons chacun un peu, nous donnons tous beaucoup. S'il vous plaît, faire de votre mieux pour donner généreusement à nos banques alimentaires cette saison des fêtes.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.


Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page