top of page
Rechercher
  • mmantha-co

30 mai 2024

L’histoire du premier ministre Ford d'un Ontario à court d'argent sonne creux


Le discours dominant dans notre province, dans notre pays et, en fait, dans le monde en ce moment, est que nous sommes confrontés avec une période économique difficile. J'imagine que la plupart des lecteurs seront d'accord avec cela et auront leurs propres anecdotes personnelles concernant l'augmentation des coûts, la réduction du pouvoir d'achat et les décisions difficiles qu'ils ont dû prendre lors de l'établissement d'un budget. Nous sommes inondés chaque jour d'articles et de segments de nouvelles sur les vents contraires financiers incertains auxquels nous sommes confrontés en tant que Canadiens.

C'est un récit que je me suis souvent présenté lorsque je prends la parole à l'Assemblée législative pour poser des questions au gouvernement progressiste-conservateur au sujet des coupures dans les services, du sous-financement des ressources publiques ou des programmes potentiels qui sont mis de côté ou mis de côté. Invariablement, la réponse se résume toujours à « alors que nous aimerions aider l'argent est serré, et nous ne pouvons pas le faire en ce moment ». Peu importe si ses hôpitaux dans les petites collectivités et les collectivités rurales qui prennent des avances de fonds des banques pour combler les déficits de financement, les services aux personnes ayant une déficience intellectuelle sont forcés de fonctionner avec des gels budgétaires de plusieurs décennies ou les écoles qui manquent de personnel et sont surpeuplées. Pour le gouvernement actuel, il n'y a jamais assez d'argent pour régler ces problèmes de façon substantielle.

C'est pourquoi j'ai été livide de voir la semaine dernière que le premier ministre a présenté une proposition visant à dépenser 225 millions de dollars pour accélérer la vente de bière, de vin et de cocktails en conserve dans les dépanneurs et les stations-service.

Si quelqu'un ne le savait pas, le premier ministre Ford a promis il y a longtemps de mettre fin à l'entente que le gouvernement précédent avait signée avec The Beer Store (ce qu'on appelle l'« accord-cadre cadre » ou AMF) et de permettre la vente de certaines boissons alcoolisées dans plus de 8 500 nouveaux endroits en Ontario.

Le premier ministre a d'abord tenté de mettre fin unilatéralement à cet accord au cours de son premier mandat, mais il a dû faire un retour en arrière lorsqu'il était clair que cela coûterait trop cher au gouvernement, tant sur le plan financier que sur le plan de la réputation. Cependant, la semaine dernière, il a annoncé que son gouvernement allait effectivement mettre fin à l'AMF 15 mois avant la date prévue, et que cela coûterait à la province un énorme quart de milliards de dollars.

À mon avis, c'est une gifle pour tous les Ontariens et Ontariennes, en particulier ceux d'entre nous dans le Nord de l'Ontario, qui ont été nourris par le gouvernement du fait qu'il n'y a pas assez d'argent dans le trésor provincial pour faire le tour. J'ai écrit par le passé au sujet des largesses du gouvernement en ce qui concerne les dons des entreprises et du fait que je ne crois pas qu'il s'agisse d'un investissement judicieux de fonds publics. Mais cela prend sûrement le gâteau.

Pour vous donner une idée de ce que cet argent signifie pour les postes budgétaires provinciaux, voici quelques exemples. Le prix de 225 millions de dollars associé à cette initiative est de 97 millions de dollars de plus que ce qui a été annoncé dans le cadre du programme d'inscription en soins infirmiers du gouvernement. C'est les deux tiers de ce que le gouvernement a alloué à la prévention de l'itinérance et au logement avec services de soutien au cours des trois prochaines années. C'est 180 millions de dollars de plus que l'augmentation prévue du Programme de subventions pour les voyages à des raisons sanitaires dans le Nord qui a été annoncée au début du mois.

La comparaison la plus énervante pour moi est peut-être que si le premier ministre avait appliqué ces 225 millions de dollars aux 25 hôpitaux que nous avons dans le Nord de l'Ontario, il aurait pu effacer à trois reprises leurs déficits de marge collectifs pour 2024.

Je pourrais continuer, mais je me contenterai de dire qu'il ne s'agit pas d'un petit changement en ce qui concerne les dépenses provinciales.

Pour couronner le tout, l'insulte de cette dépense aux gens qui ont de la difficulté à s'en sortir dans notre province, c'est que cet argent, sans doute, n'a pas eu besoin d'être dépensé du tout pour atteindre le même résultat. L'AMF devait expirer en décembre 2025, et The Beer Store aurait dû négocier une nouvelle entente avec la province sous peine de risquer d'être exclu du marché. Au lieu de cela, le premier ministre a estimé qu'il s'agissait d'une priorité si élevée qu'il devait libérer des centaines de millions de dollars pour faire entrer la bière dans les dépanneurs dès que possible.

Lorsque j'ai présenté cette question au premier ministre pendant la période des questions la semaine dernière, sa défense était que l'augmentation des ventes d'alcool procurerait à l'Ontario des revenus supplémentaires de 895 à 1,1 milliard de dollars par année. À son avis, cela compensera l'argent dépensé. Même cette logique met à rude épreuve la crédulité lorsque vous regardez toute étude qui examine le coût que l'augmentation de la consommation d'alcool a sur notre système social.

Le Centre de santé mentale et de toxicomanie (CAMH) a publié un rapport en 2022 qui estimait qu'en 2017, les coûts pour nos systèmes de soins de santé, de justice et de services sociaux liés à la consommation d'alcool étaient d'au moins 6,2 milliards de dollars par année. Le CAMH a également constaté que le nombre d'adultes qui ont déclaré avoir des comportements nocifs en matière de consommation d'alcool a augmenté de façon constante au cours des 7 dernières années en Ontario et qu'ils sont généralement plus élevés dans les provinces et territoires où l'alcool est plus disponible pour la vente chez les détaillants privés. Alors que l'Ontario s'attend à ce que plus d'alcool soit vendu et consommé, il va de soi que le coût associé augmentera et effacera presque immédiatement toute augmentation de revenu prévue. 

En fin de compte, cette décision est un gaspillage colossal d'argent, tout simplement. Si le premier ministre avait attendu la fin de l'AMF en 2025, il aurait eu plus de facilité à défendre cette décision. Mais il est inacceptable de dire aux Ontariennes et aux Ontariens que les ressources de la province sont exploitées un jour et qu'elles arrivent à 225 millions de dollars le lendemain.

Après cette démonstration honteuse d'extravagance de la part du premier ministre et de son gouvernement, j'espère que les Ontariens n'accepteront plus jamais le récit selon lequel il fait tout ce qu'il peut pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés, mais n'a tout simplement pas les moyens de le faire. Si le premier ministre veut que quelque chose soit fait, il fera bouger le ciel et la terre pour le faire. Lorsqu'il refuse d'augmenter les budgets des hôpitaux ou de réparer nos infrastructures en ruine, c'est parce qu'il ne veut tout simplement pas.

Comme toujours, je vous invite à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou appeler sans frais le 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député provincial

Algoma-Manitoulin

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page