top of page
Rechercher
  • mmantha-co

28 septembre 2023

Les Ontariennes et Ontariens s’attendent à ce que leurs représentants gouvernementaux fassent preuve

de coopération, de collaboration et de respect


Partout où je vais, il est clair que l’automne est arrivé à Algoma-Manitoulin. Les festivals de récolte ont lieu dans les communautés, les étudiants ont repris leurs études et les feuilles commencent à changer, créant une merveilleuse scène pour que tous puissent en profiter.

L’automne est doux-amer pour de nombreuses raisons. Nous disons adieu aux chaudes journées d’été et nous nous préparons à ce que l’hiver s’installe (souvent plus tôt que nous ne le préférerions). Je sais que pour moi, l’un des aspects les plus difficiles de cette transition saisonnière est de réduire les occasions de visite dans la circonscription pour rencontrer des gens, en la remplaçant par des séances de routine à Queen’s Park.

Ne vous méprenez pas, faire entendre les voix et les préoccupations des gens d’Algoma-Manitoulin à l’Assemblée législative de l’Ontario est un honneur pour moi. Je l’aborde toujours avec le même enthousiasme et la même fierté que lorsque j’ai été élu il y a 12 ans. Cependant, j’ai souvent souligné dans cette chronique la différence frappante à laquelle je suis confronté en tant que politicien entre mon travail dans la circonscription et mon travail à Queen’s Park.

Cet été, j’ai pu me rendre dans tous les coins d’Algoma-Manitoulin et rencontrer des gens là où ils vivent et travaillent. J’ai eu le plaisir de discuter avec des centaines d’électeurs des problèmes auxquels ils sont confrontés, ce qui est essentiel pour éclairer mon travail à l’Assemblée législative. Et, comme je l’ai toujours dit, bien que les gens à qui je parle ne soient pas toujours d’accord avec moi, ils sont toujours prêts à écouter et à s’engager respectueusement. Malheureusement, il n’en va pas toujours de même lorsque j’arrive à Toronto.

Le retour à Queen’s Park cette année a certainement été un retour bruyant. Beaucoup de gens connaissent les détails du scandale de la ceinture de verdure qui a attiré l’attention du gouvernement tout l’été. La semaine dernière, un autre ministre a été forcé de démissionner après avoir donné un faux témoignage sous serment au commissaire à l’intégrité.

À cet égard, je veux quand même que le gouvernement montre qu’il prend au sérieux les conclusions de la vérificatrice générale et du commissaire à l’intégrité en inversant une fois pour tous les changements apportés à la ceinture de verdure. De plus, le gouvernement doit accepter de s’y conformer et s’engager à mener une enquête publique sur ce qui s’est passé. C’est la façon la plus évidente pour les Ontariennes et Ontariens de regagner un certain niveau de confiance dans leur gouvernement.

Ce que l’on oublie parfois en se concentrant sur la politique de ce scandale, c’est que le gouvernement a passé des mois à défendre, expliquer et défaire sa politique de la Ceinture de verdure tout en ignorant le facteur (supposé) de son introduction – la crise du logement. Nous avons maintenant consacré d’innombrables heures du temps de l’Assemblée législative à débattre cette politique qui ne s’est pas discutée au manque de logements en Ontario. J’ai l’intention cette session de faire pression sur le gouvernement sur ce qu’il prévoit faire pour soutenir plus de logements à Algoma-Manitoulin afin de s’assurer que nos communautés continuent d’avoir des demeures abordables et appropriés pour tous.

Bien que la Ceinture de verdure ait peut-être dominé les manchettes depuis le mois d’août, il y a encore beaucoup de questions que je veux voir aborder par l’Assemblée législative. L’une des plus importantes d’entre elles est la crise actuelle de notre système de santé.

La Coalition ontarienne des soins de santé a organisé un rassemblement devant l’édifice de l’Assemblée législative le premier jour de son retour. Je peux honnêtement dire que c’était l’une des plus grandes manifestations que j’ai jamais vues avoir lieu là-bas et a confirmé ce que j’avais entendu des électeurs tout au long de l’été ... les gens en ont assez du sous-financement et de la privatisation de notre système de santé.

C’est pourquoi j’ai utilisé ma première question de la séance pour faire pression sur la ministre de la Santé Sylvia Jones sur les fermetures potentielles de salles d’urgence auxquelles sont confrontés les hôpitaux ruraux et du Nord. Les fermetures d’ER sont un symptôme du fait que le gouvernement a mis la question du recrutement de médecins sur la route pendant trop longtemps. J’ai souvent souligné l’épuisement professionnel qui touche nos fournisseurs de soins de santé dans le Nord avec le gouvernement.

Au cours de la période des questions, j’ai dit au ministre de la Santé Jones à quel point les gens d’Algoma-Manitoulin trouvent inacceptable que non seulement il est impossible pour beaucoup de trouver un médecin de famille, mais qu’il y a maintenant un risque que même les médicaments d’urgence ne soient pas facilement disponibles lorsqu’ils sont nécessaires.

Je crois que, à bien des égards, le manque de volonté du gouvernement Ford de rechercher une collaboration significative a conduit le gouvernement sur une voie qui a laissé les Ontariennes et Ontariens découragés et en colère contre leur gouvernement. L’un des exemples les plus flagrants est le manque de dialogue constructif et de respect du gouvernement à l’égard des gouvernements des Premières Nations dans les consultations et la collaboration.

Cette semaine, les chefs des Premières Nations signataires du Traité no 9 ont offert au premier ministre de le rencontrer publiquement pour discuter de leur opposition aux revendications d’exploitation minière et forestière sur leur territoire sans leur consentement. Ils ont mis sur pied une table devant l’Assemblée législative et se sont mis à la disposition de M. Ford pour un dialogue.

Malheureusement, les dirigeants élus des Premières Nations ont été repoussés par le premier ministre et n’ont rien reçu en reconnaissance de leurs préoccupations légitimes et importantes. Dans le passé, j’ai écrit au sujet de la mauvaise façon d’aborder l’approche et de diviser pour régner du gouvernement de l’Ontario en matière de développement sur le territoire des Premières Nations. Je continue de croire que le gouvernement doit prendre des mesures pour veiller à ce qu’aucun projet d’exploitation des ressources n’aille de l’avant sans le consentement préalable ouvert et éclairé de toutes les Premières Nations touchées.

Dans l’ensemble, il est clair que l’été est terminé et que la séance d’automne de l’Assemblée législative générera encore une fois de nombreux défis pour s’assurer que nous abordons les questions des Ontariennes et Ontariens. En même temps, je crois fermement qu’il offre également l’occasion de mettre de côté les divisions partisanes et de travailler ensemble au-delà des lignes de parti et des ordres de gouvernement.

Pour cette session, mon objectif, et j’espère que de mes collègues, sera d’apporter une coopération, une collaboration et un respect améliorés.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à ma nouvelle adresse, mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page