top of page
Rechercher
  • mmantha-co

23 novembre 2023

Les Ontariennes et Ontariens cherchent à agir, pas à dévier


23 novembre 2023

L’ancien vice-président des États-Unis et sénateur Hubert Humphrey a dit un jour : « L’erreur est humaine ; blâmer quelqu’un d’autre, c’est de la politique.

Humphrey a souvent été appelé par ses collègues de la politique américaine comme le « guerrier heureux » en raison de son engagement à améliorer la vie des plus vulnérables dans la société et sa conviction inébranlable que cela pourrait être fait de manière positive. Mais, comme le montre la citation ci-dessus, même le guerrier heureux n’était pas à l’abri de la vision cynique du monde que la politique peut faire ressortir en nous.

La citation de Humphrey m'a été prise à l'esprit au cours des deux dernières semaines à Queen's Park, alors que le gouvernement progressiste-conservateur a décidé de programmer plusieurs jours de débat sur deux motions concernant la taxe fédérale sur le carbone. La première de ces motions demandait au gouvernement fédéral « d’éliminer la taxe sur le carbone sur les produits d’épicerie ». Le second demandait au gouvernement fédéral de « prendre des mesures immédiates pour éliminer la taxe sur le carbone sur les carburants et les intrants pour le chauffage domestique ».

Pour ceux qui ne sont pas au courant, une motion ou une résolution est différente d’une loi. Ils n’ont aucun pouvoir législatif et n’imposent pas de changement politique. Les motions et les résolutions, c’est simplement un énoncé de la position de l’Assemblée législative sans autre suivi.

En principe, les idées qui sous-tendent les motions ci-dessus sont bien-fondé. Le prix fédéral du carbone a été suspendu au Canada atlantique sur les combustibles de chauffage domestique par le gouvernement du Canada. Je crois que cela devrait être étendu à tous les Canadiens compte tenu de la période économique difficile à laquelle nous faisons face. Selon la plus récente ventilation d’Environnement Canada, le chauffage et l’agriculture ne représentent pas la plus grande partie des émissions de gaz à effet de serre au Canada. Il s’ensuit que l’aide économique dans ces secteurs s’harmonise avec l’objectif d’aider à réduire les coûts tout en maintenant notre objectif de réduire la pollution.

Cependant, je prends un véritable problème avec la motivation derrière les deux motions, qui est d'essayer de détourner le blâme du gouvernement provincial pour son incapacité à aider les Ontariens et à le placer aux pieds du Parlement à Ottawa. Il convient de noter que l'Ontario a son propre prix sur les émissions appelé le programme de normes de rendement en matière d'émissions (SPE) qui établit une cible d'émissions pour les installations industrielles et les oblige à payer pour dépasser leurs limites. En janvier de cette année, CBC News a publié un rapport qui estimait que l’Ontario percevrait 2,2 milliards de dollars dans le cadre de ce programme, sans plan déclaré sur la façon dont ils dépenseraient cet argent.

Le gouvernement Ford préférerait que tout le blâme soit sur le programme fédéral tout en ne prenant aucune initiative pour utiliser les outils dont il dispose dans sa compétence. Si la province le voulait, elle pourrait exempter les industries alimentaires de leur programme de SPE ou réinvestir l’argent qu’elles recueillent dans le cadre du programme pour aider à faire baisser les prix des biens de tous les jours. Ou ils pourraient facilement prendre ces 2,2 milliards de dollars et les utiliser pour aider les Ontariennes et Ontariens en subventionnant les efforts de rénovation de leurs maisons afin que les gens puissent économiser sur leurs factures d'énergie.

J'ai posé cette question au ministre de l'Énergie cette semaine. Étant donné que le gouvernement a passé des jours à débattre des motions qui équivalent à une lettre formulée avec force au premier ministre, j'ai demandé au ministre quelles mesures il prenait pour réduire les tarifs d'électricité dans le nord de l'Ontario. Il est arrivé au pouvoir en promettant que l'énergie coûterait moins cher sous un gouvernement conservateur. Pourtant, aujourd'hui, nous payons plus que jamais lorsque vous tenez compte des coûts d'utilisation et des frais de livraison. L'hydroélectricité relève également de la compétence du gouvernement provincial, et le ministre a le pouvoir d'apporter des changements significatifs pour les Ontariennes et Ontariens qui ont de la difficulté à payer leur facture d'électricité.

Comme on pouvait s'y attendre, je n'ai pas reçu de réponse du gouvernement Ford sur les raisons pour lesquelles il n'y avait pas de mesures dans son énoncé économique de l'automne pour accorder un allègement de l'hydroélectricité aux Ontariennes et aux Ontariens. Le gouvernement a décidé qu'il est plus opportun sur le plan politique d'utiliser le temps de l'Assemblée législative et le pouvoir de la province pour jeter le blâme ailleurs.

Il est incroyablement frustrant de voir que rien de substantiel n'a été offert pour aider les Ontariennes et Ontariens à payer le prix du chauffage, de l'électricité ou de l'épicerie dans l'énoncé économique de l'automne. Je dis que c'est frustrant parce que, en même temps, le gouvernement a annoncé qu'il conserverait 5,4 milliards de dollars dans son fonds de réserve et qu'il réserverait 1 milliard de dollars de dépenses prévues supplémentaires dans le budget du printemps. Laisser 2,6 % de notre budget inactif (il n'est pas non plus appliqué à la dette provinciale) pendant une période de crise économique imminente est une mauvaise politique budgétaire, tout simplement.

Ces milliards non dépensés auraient pu être consacrés à des mesures concrètes pour alléger le fardeau des portefeuilles des Ontariennes et des Ontariens, comme l'élimination de la partie provinciale de la TVH sur le chauffage domestique ou l'élimination du REE sur l'industrie alimentaire. Il y a une liste presque infinie d'options que le premier ministre Ford pourrait choisir demain qui ferait plus que des motions édentées destinées à attiser la colère et la division.

« L'erreur est humaine... » cela reste vrai. Cependant, le caractère délibéré du premier ministre Ford et l'inaction de son gouvernement dans tant de dossiers ressemblent beaucoup plus à une stratégie politique calculée qu'à une erreur. Et je sais que de nombreux Ontariens sont tout aussi frustrés que moi. Et je suis désolé de dire que la reformulation de Huber Humphrey au dicton séculaire ci-dessus est parfaite.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page