top of page
Rechercher
  • mmantha-co

18 août 2023

Débâcle de la ceinture de verdure :

Omission volontaire, impénitente et sans remords

Les lecteurs réguliers de cette chronique savent que je fais des liens entre les événements quotidiens et les enjeux de Queen's Park. Je pense que, d'une certaine manière, le style d'écriture complète la façon dont j'aborde mon travail. C'est l'une des choses que je fais pour rester en contact avec les gens d'Algoma-Manitoulin. Cette semaine, cependant, ce que je veux souligner n'a pas de parallèle ou de précédent avec mes 12 années de mandat électif. Ce qui se passe à Queen's Park est non seulement décevant, mais à certains égards, déconcertant.

Je fais bien sûr référence au rapport publié par la vérificatrice générale la semaine dernière sur les changements apportés à la ceinture de verdure. Les lecteurs se souviendront qu'à l'automne 2022, le premier ministre Ford et le ministre du Logement Steve Clark ont annoncé que plusieurs milliers d'acres de terres seraient retirées de la Ceinture de verdure et aménagées. À l'époque, cette décision a soulevé la colère de nombreuses personnes à travers la province. Maintenant, avec la conclusion des travaux du vérificateur général (VG), nous savons que la vraie histoire est bien pire.

Le jour où le procureur général a publié ses conclusions, elle a expliqué publiquement et aux médias qu'elle s'attendait pleinement à utiliser son processus standard d'optimisation des ressources pour examiner comment le gouvernement a déterminé quelles parties de la ceinture de verdure devraient être mises à la disposition de l’ensemble résidentiel. Cependant, il est rapidement devenu évident que le processus du gouvernement était tout sauf typique. Par conséquent, une approche d'enquête plus approfondie de la part de son bureau serait nécessaire pour prendre des décisions en toute connaissance de cause. Le procureur général s'est fait souligner que le choix de ces terres de la ceinture de verdure n'était qu'un simple « exercice » et que les parcelles de terre que le gouvernement a fini par enlever ont été (presque) toutes triées sur le volet par les promoteurs qui ont bénéficié de leur enlèvement.

Le rapport impose une grande partie du fardeau de ce « processus tronqué, imparfait et partial » (pour paraphraser le VG) le chef de cabinet du ministre Clark, affirmant qu'il a dirigé les exercices et a demandé aux fonctionnaires de modifier continuellement les critères de sélection pour s'adapter aux parcelles que les promoteurs fonciers lui avaient remises. En fait, 14 des 15 parcelles enlevées par le Cabinet du premier ministre Ford ont été remises à ce chef de cabinet lors d'un dîner organisé par l'industrie du développement. Cela représentait plus de 90% des terres qui sont soudainement devenues beaucoup plus précieuses. En fin de compte, cette décision a entraîné la levée des protections pour plus de 400 acres de terres boisées et de terres humides. 76 pour cent des terres étaient utilisées pour l'agriculture aussi récemment qu'en 2022, et la grande majorité de ces terres ont été classées comme les terres agricoles de la plus haute qualité de la province.

Mis à part, pour le moment, l'importance du terrain ainsi que les services vitaux qu'il fournit depuis longtemps à notre province, l'aspect vraiment étonnant de toute cette débâcle est que les promoteurs privés ont pu avoir accès aux fonctionnaires du ministère de l'Ontario pour s'enrichir personnellement. Personne en toute bonne conscience ne peut appeler de telles pratiques au-dessus de bord.

La vérificatrice générale a formulé 15 recommandations dans son rapport pour remédier l'erreur d'ordre public. Le premier ministre a promis d'en accepter 14, qui se rapportent à des processus qui devraient déjà être en place dans l'ensemble de la fonction publique pour assurer un examen approprié de tous les processus décisionnels. Cependant, jusqu'à maintenant, M. Ford a même refusé d'envisager l'idée de recommencer ce processus pour s'assurer qu'il est bien fait.

Et voici la partie la plus énervante de toutes. À mon avis, le fait qu'un gouvernement puisse être pris en train de permettre aux promoteurs de mettre la main dans le pot à biscuits du public et de ne prendre aucune mesure pour remédier à ce résultat me rend absolument incrédule. Non seulement le premier ministre et le ministre refusent de revoir la décision, mais aucune conséquence n'a été mentionnée pour ce chef de cabinet malhonnête et le ministre, qui a la responsabilité envers le public de faire en sorte que son portefeuille fonctionne bien.

L'idée qu'un ministre est responsable de son personnel et de ses actions est l'éducation civique 101. Laisser de côté toute répercussion pour les mauvais acteurs et refuser une révision d'une mauvaise décision sent l'arrogance, l'orgueil démesuré et le dédain pour le public ontarien.

Ne vous méprenez pas sur le fait que cette décision était fondée sur des circonstances récentes ou qu'elle a été prise parce que c'était le seul moyen de résoudre la crise du logement. Le Toronto Star, dans son article du 12 août 2023, a rappelé aux lecteurs que pendant la campagne à la direction du Parti progressiste-conservateur de 2018, le candidat de l'époque, Doug Ford, a été surpris en train de dire qu'il « ouvrirait une grande partie » de la Ceinture de verdure s'il devenait premier ministre. Le Star a cité M. Ford en disant: « J'ai déjà parlé à certains des plus grands développeurs du pays, et, encore une fois, j'aimerais pouvoir dire que c'est mon idée, mais c'était aussi leur idée. »

Cependant, lorsque la nouvelle a circulé des commentaires du candidat Ford, il a immédiatement promis aux Ontariens qu'il ne toucherait pas à la Ceinture de verdure en tant que premier ministre. Il a de nouveau été cité: « Les gens ont parlé. Je vais les écouter; ils ne veulent pas que je touche à la Ceinture de verdure. Nous ne toucherons pas à la Ceinture de verdure. C'est aussi simple que cela.

En fin de compte, les vraies couleurs du premier ministre Ford, démenties au départ, brillent maintenant. Il a rompu sa promesse à la population de l'Ontario et se révèle impénitent. Il affirme que le besoin urgent de développement de logements justifie l'ignorance par son gouvernement des politiques et des lois standard. Il ne s'agit pas d'un leadership responsable. La population de l'Ontario mérite tellement mieux.

Il est encore temps pour le premier ministre Ford et son gouvernement de prouver que toute cette affaire était, comme ils le prétendent, une erreur commise dans une tentative sérieuse de construire des logements. Ils peuvent annuler les changements par ordre de cabinet à tout moment. Le ministre du Logement peut être tenu responsable de sa négligence, et son chef de cabinet peut être démis de ses fonctions de responsabilité. Dans un cas aussi extrême que celui-ci, il incombe également au premier ministre de rappeler l'Assemblée législative avant son retour prévu afin de permettre au public d'examiner son gouvernement.

Jusqu'à présent, toutes ces mesures sont manifestement absentes du programme du premier ministre, et le public ontarien tirera ses conclusions sur la question de savoir si le gouvernement est aussi désolé qu'il le prétend. De telles actions montreraient au moins un semblant de respect pour le pouvoir que la population de l'Ontario lui a confié plutôt qu'un jeu dans lequel l'objectif est de former le gouvernement pour voir dans quelle mesure ils peuvent bénéficier aux partisans de leur équipe. Prendre la grande route est la seule façon de regagner la confiance et le respect des Ontariennes et des Ontariens.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à ma nouvelle adresse, mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page