top of page
Rechercher
  • mmantha-co

10 novembre 2023

Quel est l'intérêt d'avoir un programme de soins dentaires pour personnes âgées si presque personne n'est admissible ?


J’ai souvent écrit dans cette chronique à quel point il est important de reconnaître la contribution immense de nos aînés et de ceux qui les ont précédés à notre mode de vie global. L’investissement de l’ingéniosité et de la détermination par des générations de nos ancêtres a permis la sécurité économique et toutes les formes de prospérité, y compris les arts, la science et la médecine, l’éducation et la société, pour n’en nommer que quelques-uns. Nous devons tellement à ceux qui nous ont précédés.

L’un des éléments les plus précieux du filet de sécurité sociale du Canada est notre système de soins de santé universel financé par l’administration. Bâti par les générations qui nous ont précédés, c’est un point de fierté pour tous dans notre pays.

Mais il y a quelque chose de lourd pour l’âme lorsque nous regardons l’incroyable contribution de nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents et que nous la comparons à la lutte et aux difficultés que tant d’entre eux vivent dans leur vie aujourd’hui. Il ne fait aucun doute que ce ne sont pas toutes les personnes âgées qui jouissent de la même prospérité et du même mode de vie. Peu importe comment nous voyons les choses, nous n’honorons pas notre engagement envers des soins de santé publique totaux pour tous.

Lorsque l’on parle de soins de santé, la logique pure nous dit que la santé buccodentaire est une partie naturelle de la santé du corps entier. Il ne fait aucun doute que les véritables soins de santé doivent inclure les soins dentaires. Sans dents et gencives saines, nous ne pouvons pas manger les aliments nutritifs dont nous avons besoin pour profiter de la vie, pas seulement survivre un autre jour.

Comme des milliers d’Ontariennes et d’Ontariens, j’avais bon espoir lorsque le gouvernement Ford a mis en œuvre des soins dentaires pour les personnes âgées. Cela faisait partie du casse-tête qui manquait depuis des générations. Le problème, c’est que le projet de loi ne nous a permis qu’une partie de fournir à tous les aînés l’accès aux soins dentaires dont ils ont besoin. Je ne pouvais donc que me demander pourquoi il en est ainsi.

J'ai récemment lu un article informatif de Karen Black intitulé « Pourquoi les soins médicaux au Canada n’ont-ils pas inclus les dents? » L'article est paru sur le site TVO le 9 novembre 2022. Black explique : « Lorsque la Loi sur l’assurance-maladie du Canada a été adoptée en 1966, seuls les services médicaux étaient couverts , même si le rapport de 1964 de la Commission royale sur les services de santé (considéré comme le plan directeur du programme d’assurance-maladie universelle du Canada) avait recommandé la dentisterie gratuite pour tous les enfants et adulte ... Les associations dentaires ont exercé de fortes pressions contre l’inclusion. Il y avait la réalité politique que les dentistes, tout comme les médecins à l'époque, rejetaient l'idée d'être enrôlés dans un système national d'assurance-maladie. (cliquez ici pour lire l'article.)

Aujourd’hui, il y a deux grandes questions qui nécessitent un examen plus approfondi. Premièrement, les aînés doivent atteindre un seuil de faible revenu pour être admissibles aux soins dentaires. Bien que je puisse convenir qu'après la mise en œuvre initiale d'un programme, il devrait se concentrer sur l'aide aux personnes sans assurance dentaire et à celles qui font partie du spectre du faible revenu. Les aînés qui vivent uniquement de la RPC et du SV vous diront à quel point il est difficile de mettre de la nourriture sur la table et de joindre les deux bouts d'un mois à l'autre. Eh bien, c'est difficile que cela puisse être, les personnes âgées qui demandent le programme et qui vivent de la RPC et du SV se retrouvent au-dessus du seuil d'admissibilité aux soins dentaires pour personnes âgées de l'Ontario. Il en va de même pour ceux qui reçoivent le Supplément de revenu garanti (SRG). Ainsi, même si ces aînés grincent à peine sur la RPC, le SV et le SRG, leur revenu est trop élevé. Les règlements stipulent que pour être admissible au programme de soins dentaires, un résident de l'Ontario doit :

  • Être âgé de 65 ans ou plus.

  • Avoir un revenu annuel inférieur à 22 200 $ pour une personne seule ou un revenu net annuel combiné de 37 100 $ par couple.

  • N'ont pas accès aux soins dentaires (p. ex., par l'entremise d'une assurance privée ou d'autres programmes gouvernementaux comme le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées ou le Programme des services de santé non assurés).

Cet écart ne respecte pas nos aînés et est inacceptable. Nous privons trop d'aînés, dont certains sont à peine capables de joindre les deux bouts lors d'une bonne journée, de leur droit à la santé.

Le deuxième problème est que pour être acceptés par le régime, les dentistes doivent s'inscrire auprès du ministère de la Santé. Toutefois, le régime de soins dentaires pour personnes âgées de l'Ontario paie beaucoup moins que les prix indiqués pour les services dentaires. La logique pure demande pourquoi un dentiste, ou n'importe quel propriétaire d'entreprise, refuseraient volontairement les clients qui paient les tarifs en vente. C'est de l'argent dont ils ont besoin pour couvrir leurs coûts d'exploitation, payer le personnel, acheter de l'équipement et gagner une vie comparable à celle de leurs collègues dentistes. Et même s'ils sont prêts à faire un tel sacrifice, la demande de services dans le cadre du programme dépasse de loin l'offre de dentistes participants.

Dans le plus récent énoncé économique du gouvernement, le ministre des Finances du premier ministre Ford a fait état d'un fonds de prévoyance de 2 milliards de dollars, beaucoup plus élevé que ce que tout économiste raisonnable recommanderait lorsque les Ontariennes et Ontariens éprouvent des difficultés.

Je sais que je ne suis pas le seul Ontarien à trouver le fait que Doug Ford entende les murmures du profit, mais qu'il est sourd aux cris de ceux qui souffrent tout à fait répugnant. Les Ontariennes et Ontariens respectent nos aînés bien-aimés et s'en soucient profondément. Ils ont payé leurs cotisations, « l'ont transmise » et méritent maintenant de récolter les fruits de leurs cotisations. Que faudra-t-il pour que le gouvernement Ford se lève et prenne les mesures nécessaires pour respecter et prendre soin de nos aînés ?

La réponse à cette question est facile. Pendant la pandémie, le gouvernement a ordonné la fermeture de tous les terrains de jeux de la province jusqu'à ce que les gens annoncent en masse au premier ministre Ford qu'il avait tort. M. Ford a menacé les travailleuses et travailleurs de l'éducation du SCFP d'adopter une loi sur le retour au travail après qu'ils ont souffert une décennie de salaires imposés par le gouvernement et presque gelés. Mais il a reculé lorsque les Ontariens ont pris la parole et lui ont dit que ses actions n'étaient pas justes. Et, bien sûr, plus récemment, le premier ministre Ford est revenu sur sa décision sur la ceinture de verdure lorsque les Ontariens lui ont tenu tête et lui ont dit que ce qu'il faisait était non seulement mal, mais injuste.

Les Ontariennes et Ontariens sont des gens aimants et attentionnés qui savent le bien du mal. Ils savent ce qui est juste et équitable. Je le sais parce que j'entends parler de nombreux électeurs chaque semaine. Nous respectons et aimons nos aînés. Nous voulons nous assurer que leurs contributions sont reconnues et qu'ils reçoivent ce qui est vraiment nécessaire en cas de besoin.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma-Manitoulin

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page