top of page
Rechercher
  • mmantha-co

1 février 2024

Dernière mise à jour : 16 févr.

Les services de santé publique de l'Ontario :

au bord de l'effondrement



Je m'inquiète un peu du bien-être du premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. En le voyant de l'autre côté de l'allée lorsque la Chambre siège, il a l'air bien. Mais j’ai remarqué quelque chose dont peut-être lui et d’autres proches ne sont tout simplement pas au courant. Pourtant, le problème semble tout à fait évident pour de nombreux Ontariens. Je commence à penser que M. Ford est peut-être en train de devenir un peu sourd. Je dis cela parce qu’en ce qui concerne les soins de santé en Ontario, les sonnettes d’alarme sonnent haut, bas, gauche, droite et centre et il ne semble même pas les entendre. C'est peut-être parce que les cloches sonnent fort tout autour de lui depuis si longtemps qu'il est devenu inconscient.

Depuis décembre, cette chronique a exploré les questions de dotation médicale des hôpitaux, le manque de personnel de soins à domicile, et la surveillance des établissements de soins de longue durée. Chacun de ses soins de santé ont des cloches avec leur propre son distinct qui sonnent. Chaque coup de cloche dit à M. Ford comment les gens souffrent et comment cela ne va qu’empirer s’il n’agit pas.

S’il y a quelque chose que nous avons appris - ou du moins que nous aurions dû apprendre - de la pandémie, c’est que nous ne pouvons pas nous permettre de rester les bras croisés et de simplement réagir aux situations au fur et à mesure qu’elles surviennent comme nous l’avons fait. Nous devons être prêts à agir.

La plupart d’entre nous ne sont même pas conscients du rôle important que jouent les bureaux de santé publique (BSP) pour nous garder en bonne santé et à l’abri des maladies. Les BSP se concentrent sur la prévention et le contrôle de toutes sortes de maladies transmissibles. Ils inspectent les lieux publics et les entreprises comme les restaurants pour s’assurer que la propreté et les procédures appropriées sont suivies dans la préparation des aliments. Et ils nous fournissent de l’information et des programmes sur les maladies transmissibles sexuellement, l’abandon du tabac, ainsi que du soutien et des conseils sur les modes de vie sains. Et l’une des responsabilités les plus importantes est de fournir au public des vaccins pour tenir les infections virales à distance.

Avec les leçons apprises, il est très déconcertant que le gouvernement soit devenu si complaisant en matière de santé publique, croyant que la menace COVID est dans le rétroviseur. Mais nous voici en 2024 et il est évident que les responsables gouvernementaux se sont trompés sur le fait que des virus infectieux se trouvaient dans notre rétroviseur. L’Ontario voit à nouveau la médecine de couloir élever sa tête vicieuse avec des augmentations soudaines des virus de la grippe, des voies respiratoires et gastros. Les patients languissent sur les civières dans les couloirs des services d’urgence jusqu’à 72 heures en attendant un lit.

Présentement, on s'inquiète pour les services de santé publique de l'Ontario. Plusieurs sont au bord de l'effondrement en raison d'un sous-financement habituel et même de compressions. Et les habitants d’Algoma-Manitoulin ne sont pas à l’abri de ce problème imminent. Le premier ministre Ford croit que la réponse est de trouver des gains d’efficience en réduisant le nombre de BSP en Ontario. En 2019, la province a proposé de réduire de 35 à 10. Cela a ensuite été mis en veilleuse en raison de la pandémie, mais la proposition est de nouveau opérationnelle. Pour inciter les bureaux de santé publique à fusionner, le gouvernement soudoie des unités avec un financement ponctuel pour ceux qui fusionnent volontairement. CBC News a rapporté le 23 novembre 2023 qu'Algoma examinait la possibilité d'une fusion avec Sudbury-Manitoulin. Cela créerait un territoire gigantesque.

CBC rapporte que la réponse de la plupart des municipalités varie de la gardée à la suspecte. Le maire de Sault Ste. Marie, Matthew Shoemaker, contestait la motivation de la province. Il aurait dit : « Je remets en question l'engagement de ne pas réduire le personnel. Il semble que si leur objectif en 2019 était d'économiser 200 millions de dollars, c'est probablement toujours leur objectif, ce n'est tout simplement pas dit. »

Les bureaux ici dans le Nord couvrent déjà de vastes régions comprenant des dizaines de communautés. Les réalités auxquelles nous fessons face dans le Nord sont différentes de celles des régions urbaines et du sud de l'Ontario. Les configurations à l'emporte-pièce du Sud ne fonctionneront pas nécessairement ici. De plus, le fait d'offrir des fonds supplémentaires uniquement aux bureaux qui peuvent gérer une telle restructuration désavantage les résidents du Nord qui font face à des décennies de sous-financement des services de santé publique.

The Sault Star a consulté des administrateurs de la santé publique d'Algoma. Le document rapportait dans l'édition du 13 janvier 2023 que tout changement organisationnel et financier n'aurait pas d'incidence sur les services fournis, il a reconnu qu'une « réduction limitée de l'effectif » serait nécessaire pour équilibrer un nouveau budget.

Mais, Algoma est déjà à un désavantage avec le personnel. Selon le Sault Star, APH est en retard de 6000 vaccins pour enfants qui sont nécessaires. Chaque enfant devra être examiné et la famille contactée par lettre, puis vaccinée. La présidente de l'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario, Erin Ariss, affirme que dans ce cas, « les infirmières et infirmiers du programme d'immunisation sont complètement submergés par les milliers de vaccins qui doivent être fournis aux enfants ».

Cette situation n'est pas la faute de la direction du bureau de santé publique d’Algoma. Ils n'ont pas d'autre choix que de faire de leur mieux avec les fonds accordés. Le Sault Star a cité la Dre Jennifer Loo, médecin et chef de la direction: « Les dollars provinciaux n'ont pas suivi le rythme des pressions inflationnistes. Nous continuons de chercher des possibilités de financement comme nous l'avons toujours fait et nous avons été très diligents à travailler à des gains d'efficience qui ont un potentiel d'économies de coûts à tous les niveaux.

Les gens d'Algoma-Manitoulin et de tout le nord de l'Ontario méritent mieux.

Le premier ministre Ford a eu un mandat complet et demi pour sauver le précieux système de santé publique de l'Ontario. Ne nous faisons pas d'illusions, c'était un désastre quand il l'a hérité des libéraux. Mais au lieu de le réparer, il est déterminé à nous conduire (ou à nous pousser) sur une voie menant à un effondrement colossal de la réduction des coûts et de la privatisation qui ne pourra jamais être rétabli.

Le premier ministre Ford dispose de 416 millions de dollars en fonds non dépensés alloués à la santé publique. Cet argent a été identifié par le Bureau de la responsabilité financière. Il devrait être utilisé pour rétablir un financement complet et fiable. Nous avons besoin d'un financement stable pour la santé publique dans le Nord afin de lutter contre la crise des soins de santé que l'on trouve dans les collectivités d'Algoma-Manitoulin et de la région du Nord.

Je vous garantis que l'équipe de mon bureau et moi entendons les sonnettes d'alarme que la santé publique, le personnel hospitalier, les soins à domicile, les travailleurs des soins de longue durée sonnent haut et fort. Et bien sûr, nous entendons les électeurs tirer également sur les cordes de leurs maisons. Nous manquons de temps. Une fois que nous aurons perdu nos soins de santé, le silence et le chagrin pour beaucoup seront éternels. 

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de ces questions ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ola.org  ou par téléphone sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha député/député

Algoma - Manitoulin

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page